• - Héros graulhétois 1939-1945

    - Les martyrs graulhétois - Les héros graulhétois 1939-1945

    - Les héros graulhétois 1939-1945

    2019 marque le 75e anniversaire de la Libération de la France. Du débarquement de Normandie, le 6 juin 1944, jusqu’à la signature solennelle de l'acte de capitulation, le 8 mai 1945 à Berlin, l’action conjointe des armées alliées et de la Résistance française permet à la France de recouvrer la liberté.

    Annonçant la victoire au peuple français, à la radio le 8 mai 1945, le général de Gaulle, président du Gouvernement provisoire de la République française (GPRF), rappelle le rôle de l’Armée de la Libération, celui de la Résistance et des combattants des maquis ainsi que de nos Alliés. Et de conclure en les associant dans un "triple Honneur" : « Honneur pour toujours à nos armées et à leurs chefs, Honneur à notre peuple que des épreuves terribles n'ont pu réduire ni fléchir, Honneur aux Nations Unies qui ont mêlé leur sang à notre sang, leurs peines à nos peines, leur espérance à notre espérance et qui, aujourd'hui, triomphent avec nous. ».

    Discours sur le site de l’INA

     

    Toutes les personnes citées dans cette liste sont nées à GRAULHET

    Toutes les informations regroupées dans ces tableaux (listes 1-2-3) concernent des personnes exclusivement nées à Graulhet. L'ensemble des informations sont issues du site MÉMOIRES DES HOMMES du MINISTÈRE DES ARMÉES (sans rajout aucun de la part du blog MÉMOIRES DE GRAULHET). Un nom peut se retrouver dans différentes listes et ces listes ne sont pas forcément exhaustives.
    En fin d'article vous pourrez lire des notices biographiques sur quelques graulhétois 

    LISTE 1

    Militaires décédés au cours de la
    Seconde Guerre mondiale

    Extrait du Fichier d’état civil militaire de la Seconde Guerre mondiale rassemblant l’ensemble des quelques 200 000 militaires morts durant les opérations qui se sont déroulées
    entre 1939 et 1945

    Nom Prénoms Date naissance  DÉCÈS / AUTRE
    AUQUE * Raymond Élie Jean  09-05-1920 Militaire (FFI)

    Mort pour la France le 18-08-1944 à Albi - A

    BEDES* Jean Gustave  05-05-1909 Militaire

    Mort pour la France le 30-11-1944 à Strasbourg (suite des blessures)

    CABOT * André Yves Georges  13-09-1913 Militaire

    Mort pour la France le 02-06-1940 à Dunkerque, 59 - Nord

    CALVET  Louis François Emile  21-08-1914 Militaire

    Mort pour la France le 16-07-1944 (Calmont)

    CASSAGNOL  Louis Adrien  20-05-1912

    Militaire

    Mort pour la France le 01-06-1940 à Téteghem, 59 -Nord

    DANIZAN * Achille Séverin   27-11-1918 Militaire

    Mort pour la France le 09-06-1940 à Maizy, 02 - Aisne

    ESCANDE * Georges Irénée   04-01-1923

    Militaire (FFI)

    Mort pour la France le 18-08-1944 à Albi - A

     

    FABRE * Laurent Édouard
     11-01-1924  

    Militaire (FFI)

    Mort pour la France le 18-08-1944 à Albi - A

    JULIEN * René Etienne 23-08-1911 Militaire

    Mort pour la France le 15-03-1942 (Richterich, Allemagne)

    MARRASSE  Louis Camille  25-08-1917

    Militaire - Matelot gabier - Croiseur PLUTON -

    Mort pour la France le 13-09-1939 à Casablanca, Maroc)

    PASTRE  Jacques  29-01-1918

    Militaire

    Décédé(e) le 06-06-1943 à Marseille - Bouches-du-Rhône

    PELISSIER  Lucien Paul Louis   10-10-1908

    Militaire

    Mort pour la France le 17-06-1940 à Rennes- Ille-et-Vilaine

    Suite à bombardement

    PELISSIER *
    Paul Clément   14-03-1906

    Militaire
    Tué au combat

    Mort pour la France le 21-05-1940 à Ronquières Belgique

    RAMIERE * René Désiré   01-06-1913

    Militaire

    Mort pour la France le 31-05-1940 (Armbouts Cappel, Nord
    Suite à bombardement

    VALATX * Marcel Gaston   

    Militaire

    Mort pour la France à Amiens, Somme

    LISTE 2

    FUSILLES DU MONT VALÉRIEN

    - Les martyrs graulhétois

     1 009 personnes fusillées au Mont-Valérien et dont les noms sont inscrits sur le monument commémoratif édifié à Suresnes (liste non exhaustive et évolutive)

    UN GRAULHÉTOIS FIGURE DANS CETTE LISTE

    NOM PRÉNOM NAISSANCE
    DÉCÈS / AUTRE
    BRU  André Léon   02-10-1900

    LISTE 3

    Titres, homologations et services pour faits de Résistance   

    600 000 noms, concerne les demandes de titres, d'homologations et de reconnaissance de services pour faits de résistance.

    ALQUIER * Albert   15-06-1912 F
    ALQUIER  Jean Louis   31-12-1908 D
    ANDRAL  Marceau   24-07-1920  -
    ASPE  Jean Louis   09-06-1927 F
    AUQUE
    Raymond   09-05-1920 F
    AURIOL  Aimé   10-03-1912 F
    BALZAME  Jean Félix   03-05-1911 F 
    BARDOU  Marcel André   24-02-1925 F
    BARTHE  Georges Antonin   01-06-1924 F
    BASTIE  Noé Fernand   06-10-1912 D
    BERTHOMIEU  René Edmond  03-12-1924 F
    BONSIRVEN  Lucien   24-02-1927 F
    BONSIRVEN  Roger   04-11-1920  -
    BOUTES  Gabriel   01-03-1918  -
    BRIEUSSEL  Pierre Louis   06-06-1925 F
    BRU  Elie   06-11-1912 F
    BRU  Jean   26-05-1907 F
    CALMES  Robert   24-07-1918 D
    CALVEL (alias Jacqueline)
    Jean Marcel   27-01-1913 F
    CALVET  Louis François Emile   21-08-1914

    F

    CALVIGNAC  Gilbert   01-06-1924 F
    CAZELLES  Henri   12-01-1907 F
    CAZELLES

    alias Max Laurens Carles

    Jean René   14-12-1919 F
    COMBES  Emile   07-09-1923  -
    DAGUST  Justin   03-03-1896  -
    DAGUTS  Léon   09-12-1905 F
    DELOUSTAL  Lucien Georges   19-04-1924 F
    DELPY  Clément   29-07-1910  -
    DESPRATS  Jean Emile Pierre   18-07-1925 F
    ESCANDE * Jean   04-01-1923 F
    FABRE * Laurent Edouard   11-01-1924 F
    FABRE  Maurice   06-10-1927 F
    FONTAGNE  Guillaume Victor   21-09-1905 -
    FOURGEAUD  Jean   17-08-1923  -
    GASC  René Paul   25-08-1912  D
    GONTIER  alias Clément
    Arthur Clément   16-04-1878 F
    GONTIER  Julmon  14-02-1914 F
    HUC  Gaston François Henri   30-08-1915

    F

    JUILLE alias Ernest
    Paul Germain René   14-10-1914  F
    JULIEN Henri Joseph Léon   11-06-1899 F
    LACOSTE  Jean   08-10-1925 F
    LACROIX  Pierre Adrien   26-07-1920 F
    LAGES  Marcel   26-06-1923
    LAUTARD  Laurent Antoine   12-04-1893 F
    LAUTARD alias Le Sioux Raoul Camille   02-05-1899  F
    MAS alias Le Mataf
    Jean Marius   31-10-1924  F
    MASSOUTIER  Marcel   02-12-1921  -
    MAURIES alias Paul
    Auguste   24-04-1921 F
    MAYBO  Cécile Marie Jeanne   23-10-1898 
    MOGA  Sébastien   03-08-1908 F
    NESPOULOUS  Robert   12-01-1925 F
    PAPAIS Léon Jean 14-05-1922 F
    PAUTHE  Louis   25-04-1911 F
    PELISSIER alias Bébé Aimé Joseph   18-05-1922 F
    PELISSOU alias Lulu
    Lucien Jean   07-08-1920 F
    PICAREL  Ernest Marius  06-11-1915 F
    PORTES  Roger  25-06-1923 F
    RATABOUL  Jean   00-00-0000 F
    RECORDS alias Germain *
    Germain   04-06-1914 F
    RIVAYRAND  Guy   03-04-1925  F
    RODIER alias Alex
    Lucien Alexis   12-12-1916 F
    ROUBY  André Barthélémy   11-04-1911  -
    ROUCOULE  Ernest Adrien Henri   19-05-1914   -
    ROUX  Georgette   26-07-1907
    ROUYRE  Léon Gabriel   19-12-1908 F
    SABLAYROLLES  Louis René   16-10-1902
    SEGUIER  Pierre Henri Laurent   02-05-1918  F
    SEGUR  Marcel   31-05-1927 F
    SICRE  Georges   14-11-1918 F
    VIVANT  Raymond   31-07-1909

    LISTE 4

    Médaillés de la résistance   

    La médaille de la Résistance française est instituée par ordonnance du
    9 février 1943 du Général de Gaulle pour "reconnaître les actes remarquables de foi et de courage qui, en France, dans l'Empire et à l'étranger, auront contribué à la résistance du peuple français"

    BRU  Jean   26-05-1907  Médaille
    DUMAS (FONVIEILLE) Suzanne   22-12-1895  Médaille
    PéLISSOU  Lucien   06-08-1920  Médaille
    SATGE  Gabriel   19-10-1894  Médaille
    VIVANT  Raymond
     31-07-1909  Rosette

    - Les héros graulhétois 1939-1945

     Sur le Monument aux morts graulhétois figurent certains noms
    (suivis d'une * dans les listes ci-dessus)

    - Les héros graulhétois 1939-1945

    - Les héros graulhétois 1939-1945

     

    Bien sûr toutes les personnes figurant  dans les listes ci-dessus méritent notre compassion et notre respect pour leurs combats menés lors du conflit de la deuxième guerre mondiale.Retrouvez ci-dessous un ensemble de notices issues de différents sites sur quelques héros graulhétois .

     

    - Les héros graulhétois 1939-1945

     

     

    ...Le site "Fusillés 1940-1944" comprend pour le moment plus de 20 000 entrées. Il reprend, dans une version souvent enrichie et corrigée, les 4300 biographies publiées par les Éditions de l’Atelier dans le Dictionnaire des fusillés et exécutés par condamnation et comme otages (1940-1944) aujourd’hui épuisé. S’y ajoutent les exécutés sommaires, les massacrés sur le territoire français, y compris l’Alsace-Moselle, les morts en action...
     

    Avec l'aimable autorisation du site retrouvez ci-dessous trois notices : RECORDS Germain, CALVET Louis et BRU André. A l'initiative de la famille RECORDS et du blog MÉMOIRES DE GRAULHET une photo a pu être ajouté à sa notice biographique et mise en ligne sur le site du DICTIONNAIRE BIOGRAPHIQUE. 

    http://maitron-fusilles-40-44.univ-paris1.fr

    - Les héros graulhétois 1939-1945 

    RECORDS Germain, Pierre, Augustin patronyme souvent écrit « RECORD » en particulier sur le Monument aux morts de Graulhet
    exécuté par des SS de la division Das Reich 

    - Les héros graulhétois 1939-1945

    SOURCE : Notice : Maitron des fusillés et exécutés ( http://maitron-fusilles-40-44.univ-paris1.fr/) - Auteur : André BALENT

    Né le 4 juin 1914 à Graulhet (Tarn), mort le 8 juin 1944 à Saint-Céré (Lot) exécuté par des SS de la division Das Reich ; résistant (AS) du maquis « Pol-Roux » (ou maquis de Vabre, Tarn) implanté dans les monts de Lacaune (Tarn).

    Germain Records était le fils de Firmin, Pascal Records, mégissier âgé de vingt-cinq ans et de son épouse Maria, Eugénie Vialas âgée de vingt-et-un ans. Il se maria à Graulhet (Tarn) le 20 janvier 1939 avec Élise, Eugénie, Étiennette Bonsirven (« Lisette »). Ils eurent un fils, Robert. La famille résidait à Graulhet.
    Germain Records fut mobilisé du 2 septembre 1939 au 25 juin 1940.
    En mars 1944, Germain Records rejoignit le maquis de Vabre (Tarn), une formation armée singulière implantée dans les monts de Lacaune, au sud-est du département. Ce maquis de l’Armée secrète (AS), créé en 1943, était animé par un industriel protestant Guy Gervais de Rouville, alias « Pol-Roux » (1915-2017), connu dans le Tarn comme le « préfet des maquis »— il fut un des responsables des scouts unionistes (protestants) — et son épouse Odile, née Schlumberger (1917-2017). Devenu le secteur CFL (Corps franc de libération) 10 du Tarn, ce maquis avait la particularité d’avoir été animé par des protestants et d’avoir compté parmi ses membres de nombreux Juifs, souvent de Éclaireurs israëlites, exfiltrés par les filières protestantes dans les montagnes du sud-est du Tarn ainsi que des intellectuels comme l’éditeur Jérome Lindon (1925-2001) ou d’anciens cadres de l’école des cadres d’Uriage promis à un brillant avenir ( Jean-Marie Domenach 1922-1997 ; Hubert Beuve-Méry, 1902-1989). Mais le maquis accueillit aussi de nombreux Tarnais issu des couches populaires, catholiques, agnostiques ou athées. Germain Records était l’un d’entre eux. Au début du mois de juin, il était cantonné à Saint-Jean-de-Trivisy (Tarn), commune limitrophe de Vabre.
    Le 7 juin 1944, Germain Records fut l’un des six hommes du maquis de Vabre qui prirent place dans un camion qui accompagnait l’automobile de deux cadres de la R 4 venus de Toulouse (Haute-Garonne), Louis Pélissier alias « Carton » adjoint au délégué militaire régional de la R 4 et Jean Cressot alias « Chénier » responsable adjoint des maquis de la R 4. Ils devaient se rendre dans le Lot, près de Saint-Céré. Ils devaient récupérer des armes d’un parachutage afin d’armer les maquis de la région de Vabre.
    Près de Saint-Céré (Lot), les occupants des deux véhicules de la Résistance rencontrèrent un convoi allemand partiellement blindé (de la 2e division SS Das Reich. Pour certains auteurs chroniqueurs de la Résistance, les deux véhicules étaient de retour du terrain de parachutage avec le camion chargé d’armes ; pour d’autres, qui appuient leurs dires sur les témoignages des occupants du camion qui purent s’échapper et eurent la vie sauve, le convoi s’était d’abord arrêté à Saint-Céré afin de réparer des crevaisons à l’atelier de M. Gambade serrurier et, occasionnellement, garagiste (Henri Gambade, 1920-2016, résistant de Saint-Céré impliqué dans les réceptions de parachutages, était le fils de Raymond, propriétaire de l’atelier dans cette localité), et se dirigeait vers le terrain d’atterrissage. Cette version semble la plus vraisemblable. En effet, après cette réparation, Germain Records fut, selon certains témoignages invité à s’installer dans l’automobile des deux officiers, Pélissier et Cressot et Cressot ce qui lui fut fatal. Mais, en 2004, Henri Gambade, invité par Guy de Rouville et l’Amicale des maquis de Vabre à honorer la mémoire de Germain Records, a expliqué que Records aurait été invité à monter dans l’automobile des deux officiers afin d’aider le garagiste de Saint-Céré à réparer les crevaisons.
    Quoiqu’il en soit, les deux véhicules se dirigèrent ensuite vers Sousceyrac. Le camion prit à son bord le forgeron de Frayssines, village proche de Saint-Céré, ce qui les retarda et fut à l’origine de leur rencontre avec un convoi de la division Das Reich comprenant trois auto-chenillettes, trois automitrailleuses et une trentaine de camions. Les Allemands découvrirent une arme dans l’automobile. Après la rencontre inopinée avec les Allemands, les occupants du camion, purent, après avoir abandonné leur véhicule, se camoufler et, pour quatre d’entre eux, rallier à pied leur maquis tarnais à Saint-Pierre-de-Trivisy. Les trois occupants de la voiture de tête furent capturés. Pélissier  et Records furent fusillés au bas de la route de Saint-Laurent-les-Tours et Cressot à un kilomètre de là, au lieu-dit Beaune, dans le territoire de la commune voisine de Saint-Laurent-les-Tours, très proche de Saint-Céré. Leurs corps furent laissés sur place pendant vingt-quatre heures. Mlle Brun, de la Croix-Rouge obtint des occupants qu’ils fussent inhumés à Saint-Céré.
    Après son décès, sa femme sans ressource fut prise en charge par le service social du maquis qui lui versa 1500 Fr. pour le mois de juillet et 1700 Fr. pour le mois d’août 1944. Le 17 juin 2004, l’Amicale des maquis de Vabre rendit un hommage particulier à Germain Records, son premier mort. Guy de Rouville alias « Pol-Roux », le chef du maquis remit à cette occasion à Robert Records, fils de Germain, la médaille commémorative de la guerre de 1939-1945.
    Le nom de Germain Records (orthographié « Record ») figure sur le monument aux morts de Graulhet et sur la stèle érigée à Saint-Céré (Lot) en mémoire de l’exécution sommaire, le 8 juin 1944, des trois résistants toulousains et tarnais.

    SOURCES : Arch. dép. Tarn, 4 E 105045_02, état-civil de Graulhet, naissances, 1914 et mention marginale. — Célébration du soixantième anniversaire de la Libération, colloque du 18 juin 2014 au temple de Vabre (Tarn), Amicale des maquis de Vabre, Vabre, 2004, 25 p. [p.19] — Guy Penaud, La Das Reich : la 2e SS Panzerdivision, préface d’Yves Guéna et introduction de Roger Romain, Périgueux, La Lauze, 2005, 558 p. [pp. 164-165, p.512]. — Site Maquis de Vabre (www.maquisdevabre.fr), consulté le 18 juin 2018. — Site MemorialGenWeb consulté le 18 juin 2018.

    André Balent

    SOURCES ET REMERCIEMENTS :  NOTICE / AUTEUR : ANDRE BALENT (http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article204451, notice RECORDS Germain, Pierre, Augustin [patronyme souvent écrit « RECORD »] par André Balent, version mise en ligne le 18 juin 2018, dernière modification le 23 mai 2019. )

    → Note BLOG MEMOIRES DE GRAULHET : R4 =  Région R4 : Sud-Ouest (Toulouse) - R4 couvre : Lot, Lot-et-Garonne, Tarn, Tarn-et-Garonne, Gers, Hautes-Pyrénées, Ariège et Haute-Garonne

    → Note BLOG MEMOIRES DE GRAULHET : La 2e division SS « Das Reich » ou la division « Das Reich » est l'une des 38 divisions de la Waffen-SS durant la Seconde Guerre mondiale, composée de volontaires et de Volksdeutsche, notamment des Alsaciens-Mosellans. La division, formée en 1939, prend part en 1941 à l'invasion des Balkans puis de l'URSS. En novembre 1942, elle contribue à l'assaut sur le port de Toulon. Renvoyée sur le front de l'Est début 1943, elle participe activement à la reprise de Kharkov, puis à la bataille de Koursk et à la défense de l'Ukraine. En 1944, durement touchée sur le front de l'Est, elle vient se reformer près de Montauban dans le Sud-Ouest de la France ; elle combat en Normandie notamment lors de la contre-attaque de Mortain et sort très éprouvée de la poche de Falaise et de la retraite qui suit. À la fin de l'année 1944, la division repart de nouveau à l'offensive au cours de la bataille des Ardennes. Début 1945, elle retourne en Europe centrale où elle participe à une tentative de briser le siège de Budapest. Après divers combats défensifs, les restes de la division se rendent aux Américains en mai 1945. Connue pour sa valeur combative, la division l'est également pour sa brutalité, ses nombreuses violences et crimes de guerre commis sur le front de l'Est et en France, pays où son nom reste indissolublement associé aux massacres commis en juin 1944 à Tulle, à Combeauvert, à Argenton-sur-Creuse et à Oradour-sur-Glane

    A consulter : https://maquisdevabre.wordpress.com/temoignages/la-vie-de-lamicale/

    De très nombreux graulhétois se souviennent de son frère André RECORDS (+)

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    CALVET LOUIS FRANCOIS EMILE

    exécuté par des SS de la division Das Reich 

    SOURCE : Notice : Maitron des fusillés et exécutés ( http://maitron-fusilles-40-44.univ-paris1.fr/)
    Auteur : Daniel GRASON

    Né le 21 août 1914 à Graulhet (Tarn), exécuté le 16 juillet 1944 à Calmont (Haute-Garonne) ; mécanicien garagiste ; résistant du groupe de renseignements Morhange.

    Fils d’Émile et de Marie, née Duguet, Louis Calvet épousa Jacqueline Jaunaux, le couple vivait à Pau (Basses-Pyrénées, Pyrénées-Atlantiques), il était mécanicien garagiste. En 1944, il exerçait son métier à Toulouse (haute-Garonne). Mobilisé en août 1939, il fut fait prisonnier à Bondy (Seine, Seine-Saint-Denis) en juin 1940, il s’évada six mois plus tard.
    Il entra dans la Résistance en janvier 1942, était arrêté le 3 juin 1944, mais s’évadait, rejoignit le maquis de Quérigut dans l’Ariège. Sous-lieutenant, membre des services spéciaux de l’armée, il accompagna le 15 juillet 1944 René Vidal, ex-officier de police et Henri Lanfant, lieutenant d’aviation devenu policier (Groupe mobilde réserve "Aquitaine") pour une mission à Calmont (Haute-Garonne). Les trois hommes devaient récupérer des armes pour les maquisards de Quérigut.
    Le samedi 16 juillet vers 7 heures 30 du matin, des SS de la division Das Reich, des membres de la police allemande et de la Milice arrivèrent à bord d’une quinzaine d’automobiles. Les trois hommes furent surpris, René Vidal fut pendu à un réverbère sur la place du village. Quant à Louis Calvet et Henri Lanfant, des Allemands les tuèrent dans leur chambre ou un bois tout proche.
    Louis Calvet laissait une veuve et trois enfants : Claude cinq ans, François trente mois et Louis un an. Déclaré « Mort pour la France » par le ministère des anciens combattants, Louis Calvet fut cité à l’ordre du corps d’Armée, il reçut à titre posthume la Croix de Guerre avec étoile de vermeil, il fera l’objet d’un témoignage élogieux du Maréchal Montgomery. Le réseau Morhange fut homologué et reconnu comme « unité combattante » du 1er novembre 1942 au 30 septembre 1944.
     
    Daniel Grason
     
      SOURCES : Livre d’Or du Mémorial de Ramatuelle 1939-1945, édité par l’Amicale des Anciens des Services Spéciaux de la Défense Nationale (AASSDN), Paris, 2005. – Sous la Direction de F. Marcot avec la collaboration de B. Leroux et C. Levisse-Touzé, Dictionnaire historique de la Résistance, Éd. R. Laffont, 2006. – Site internet Mémoire des Hommes. – Site Internet GenWeb.— Notes d’André Balent.

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    BRU André, Léon

    fusillé comme otage au Mont Valérien

    SOURCE : Notice : Maitron des fusillés et exécutés ( http://maitron-fusilles-40-44.univ-paris1.fr/)
    Auteur : Claude PENNETIER

    Né le 2 octobre 1900 à Graulhet (Tarn), fusillé comme otage le 11 août 1942 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; ouvrier corroyeur ; conseiller municipal communiste de Villejuif (Seine, Val-de-Marne).

    André Bru

    Les fusillés de Villejuif

    copyright Pierre Cardon
    Fils d’un mégissier Jean Bru et d’une ménagère Jeanne Pons, André Bru vivait à Villejuif avec son père devenu « garçon nourrisseur », avant 1914. Domicilié 21 bis rue de la Liberté à Villejuif, ouvrier tanneur-corroyeur puis contremaître, André Bru s’était marié le 30 janvier 1923 avec Julienne Carles à Graulhet et était père de deux enfants, nés vers 1924 et 1928 dans la Seine. Membre du Parti communiste depuis 1934, André Bru fut élu conseiller municipal de Villejuif le 5 mai 1935, sur la liste dirigée par Paul vaillant Couturier. Le conseil de la préfecture le déchut de son mandat le 29 février 1940, pour appartenance au Parti communiste.
    Démobilisé après la capitulation, il participa à la réorganisation du Parti communiste à Villejuif. La police française l’arrêta le 16 mai 1942 à Villejuif, à la demande des autorités allemandes, pour « complicité d’activité terroriste ». Il serait entré en relation avec l’Organisation spéciale (OS) en mars 1942 et aurait recruté six personnes dont le « terroriste Margeriteau ». Pendant les interrogatoires, André Bru apparut aux policiers comme un « fanatique acharné et renfermé », niant jusqu’à son appartenance au Parti communiste clandestin. Détenu à la prison de la Santé, comme otage, il a été fusillé au Mont-Valérien le 11 août 1942. La mairie de Villejuif fut avertie que ses affaires pouvaient être retirées au Service de la Croix-Rouge et que son corps avait été conduit au cimetière du Père-Lachaise, puis emmené au cimetière de Pantin (Seine, Seine-Saint-Denis) : le service de l’état civil transcrivit son décès le 3 mars 1943.
    À la Libération, le 17 décembre 1944, la municipalité fit ramener ses cendres à Villejuif ainsi que celles d’autres fusillés : François Sautet, Georges Frémont, Ben Sliman Mohamed et Pierre Herz.
    Il a été reconnu Mort pour la France.
    Son fils vécut dans le Tarn, à Briatexte, et travailla dans un atelier graulhétois.
    Une rue et une place de Graulhet portent le nom d’André Bru ainsi qu’une rue de Villejuif.
     
    Sources

    SOURCES : DAVCC, Caen, BVIII (Notes Thomas Pouty). – Arch. Paris, DM3, Versement 10451/76/1. – Arch. com. Villejuif. – Renseignements recueillis par C. Escoda. – Serge Klarsfeld, Le livre des otages, Paris, 1979, p. 169 (reproduction de sa fiche de police lors de sa désignation sur la liste des otages). – Villejuif à ses martyrs de la barbarie fasciste, édité par la Vie nouvelle sous l’égide de la municipalité et de la section communiste, s.d., p. 9 (avec photo). – Villejuif notre cité, un siècle d’histoire 1875-1975, 1975. – Marcelino Gaton, Carlos Escoda, Mémoire pour demain, Graphein, 2000. — État civil.

    Claude Pennetier

    SITE : DEPORTES POLITIQUES A AUSCHWITZ

    Un graulhétois déporté au camp d'Auschwitz

    DAGUTS JUSTIN LEOPOLD

    SOURCE : https://politique-auschwitz.blogspot.com/2011/02/daguts-justin-leopold.html

    Justin Daguts est né le 3 mars 1896 au domicile de ses parents rue Barricouteau à Graulhet (Tarn). Il habite à Aube, près de l'Aigle (Orne) au moment de son arrestation. Justin Daguts est le fils de Catherine, Sophranie Bascoul, 28 ans, sans profession et de Frédéric Daguts, 36 ans, cultivateur, son époux.
    Il a exercé successivement les métiers de cultivateur, mineur et à partir de 1924, facteur PTT (1).
    Lors du conseil de révision, Justin Daguts habite à Graulhet. Il y travaille comme cultivateur. Son registre matricule militaire indique qu’il mesure 1m 69, a les cheveux châtain moyen, les yeux bleus, le front moyen, le nez rectiligne. Il a un niveau d’instruction « n°2 » pour l’armée (sait lire et écrire).
    Conscrit de la classe 1916, il est mobilisé par anticipation en mai 1915, comme tous les jeunes hommes de sa classe depuis la déclaration de guerre. Classé le 20 mai 1915 en deuxième partie de liste pour « musculature insuffisante » par la commission de réforme de Dijon, il est à sa demande classé service armé comme infirmier le 17 juillet 1915.
    Le 1er janvier 1916, il passe à la section coloniale d’infirmiers militaires. Le 13 juillet 1916, il monte au front. Le 29 janvier 1917 il est rattaché au 43ème régiment d’infanterie.
    Tirs de barrage sur Craonne, 1918
    Justin Daguts est blessé le 19 mars 1918, dans le secteur de Craonne, par manipulation de détonateur (il perd la 2ème phalange de l’index de la main gauche). Il est à nouveau blessé par éclat d’obus à la main gauche le 21 août 1918, toujours dans le secteur de Craonne (bataille du Chemin des Dames). Il passe à la 1ère section d’infirmiers le 7 janvier 1919.
    Le 4 mars 1919, à la mairie de Moularès (Tarn), Justin Daguts épouse "Alodie", Louise Anglès (elle est née à Moularès le 11 février 1900. Elle décède à l'Aigle le 1er avril 1985). Le couple aura deux enfants, Maurice et Gabriel.
    Le 3 juin 1919, il passe à la 15ème section d’infirmiers. Le 19 septembre 1919, il est mis en congé illimité de démobilisation, « certificat de bonne conduite accordé ». Il se retire à cette date à Albi au 3 rue de Saunal, puis le couple déménage à Castres pour une petite maison de ville, au 38 rue Maillot à Castres.
    En mai 1920, il est employé à la Compagnie du Midi (Chemins de fer) et a déménagé au 16 rue des jardins à Castres (information à partir des recherches de Mme Béatrice Boudon, à partir de l'acte de naissance de son grand-père : c'est en effet Justin Daguts qui le déclare en mairie de Castres le 1er mai 1920. La mère de Gabriel Boudon habite alors au 38 rue Maillot).
    En 1921, travaillant comme mineur, il habite à la côte du Parc à Saint-Benoit (canton de Carmaux) chez M. Miquel.
    Il est embauché comme facteur aux PTT. Justin Daguts est classé en 1924 comme « Affecté spécial », tableau n° II, au titre de la réserve militaire, comme facteur des PTT.
    En 1927, il revient à Albi (Pélissier) chez M. Maurel.
    En 1930, il est muté à Aube (Orne) à 7 km de L’Aigle. En mars 1935 il habite à Rai (Orne), commune voisine d’Aube et de Boisthorel.
    Le 30 mars 1940, il est rayé de l’Affectation spéciale, comme la majorité des « affectés spéciaux » connus comme communistes ou syndicalistes, et affecté au dépôt de recrutement du Mans.
    A partir d'août et septembre 1940, des ex-membres du Parti communiste dissous et des militants syndicalistes parviennent à se regrouper sous l'impulsion de Faustin Merle et d’Eugène Garnier. Des tracts appelant au sabotage des installations de l’occupant et des journaux sont diffusés.
    Justin Daguts est arrêté à l'Aigle le 18 octobre 1941, selon Eugène Garnier. Le même jour que Lucien Blin, Maurice Denis, Louis Fernex, Eugène Garnier, Léon Leriche et Christ Vannier, syndicalistes ou militants communistes de l’Orne qui seront comme lui déportés à Auschwitz. « Le danger imminent de voir se développer des attentats et de nouvelles distributions massives de tracts, notamment dans la région flérienne où elles ont été très nombreuses durant les mois précédents, pousse les autorités locales à lancer une grande opération de ratissage sur tout le département. Au total, dix-neuf personnes sont arrêtées dans la journée.» (2).
    Eugène Garnier, rescapé du convoi du 6 juillet 1942 arrêté lui aussi ce 18 octobre 1941, a écrit à propos de cette rafle : « Les arrestations et perquisitions de la Gestapo le jour même, ont lieu à la suite de la distribution massive d’un tract (rédigé et imprimé par imprimerie clandestine). Cette diffusion est à la base de l’arrestation de 3 camarades traduits en cour martiale, dont l’un deux, Henri Veniard fut fusillé à Caen le 12 novembre 1941. Les tracts appelaient au sabotage des installations de l’Occupant et des entreprises sous leur contrôle, également au renforcement de la Résistance et à la création de comités populaires, qui par la suite donnèrent naissance au Front national et aux premiers groupes FTPF».
    Justin Daguts est remis aux autorités allemandes à leur demande. Celles-ci l’internent dès le 19 octobre 1941 au camp allemand de Royallieu à Compiègne (Frontstalag 122).
    Depuis le camp de Compiègne, il va être déporté à destination d’Auschwitz. Pour comprendre la politique de l’Occupant qui mène à sa déportation, voir les deux articles du blog : La politique allemande des otages (août 1941-octobre 1942) et «une déportation d’otages».
    Cf Article du blog : Les wagons de la Déportation
    Justin Daguts est déporté à Auschwitz dans le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45000 ». Ce convoi d’otages composé, pour l’essentiel, d’un millier de communistes (responsables politiques du parti et syndicalistes de la CGT) et d’une cinquantaine d’otages juifs (1170 hommes au moment de leur enregistrement à Auschwitz) faisait partie des mesures de représailles allemandes destinées à combattre, en France, les « judéo-bolcheviks » responsables, aux yeux de Hitler, des actions armées organisées par le parti communiste clandestin contre des officiers et des soldats de la Wehrmacht, à partir d’août 1941. Lire dans le blog le récit des deux jours du transport : Compiègne-Auschwitz : 6-8 juillet 1942.
    Son numéro d’immatriculation à Auschwitz n’est pas connu. Le numéro « 45419 ? » figurant dans mes deux premiers ouvrages sur le convoi du 6 juillet 1942 (éditions de 1997 et 2000) correspondait à une tentative de reconstitution de la liste du convoi par matricules, qui n’a pu aboutir en raison de l’existence de quatre listes alphabétiques successives, de la persistance de lacunes pour plus d’une dizaine de noms et d’incertitudes sur plusieurs centaines de numéros matricules. Lire dans le blog le récit de leur premier jour à Auschwitz : L'arrivée au camp principal, 8 juillet 1942. et 8 juillet 1942 : Tonte, désinfection, paquetage, "visite médicale". Après l’enregistrement, il passe la nuit au Block 13 (les 1170 déportés du convoi y sont entassés dans deux pièces). Le 9 juillet tous sont conduits à pied au camp annexe de Birkenau, situé à 4 km du camp principal. Le 13 juillet il est interrogé sur sa profession. Les spécialistes dont les SS ont besoin pour leurs ateliers sont sélectionnés et vont retourner à Auschwitz I (approximativement la moitié du convoi. Les autres, restent à Birkenau, employés au terrassement et à la construction des Blocks.

    Justin Daguts meurt à Auschwitz le 20 octobre 1942 (date inscrite dans les registres du camp et transcrite à l’état civil de la municipalité d’Auschwitz ; in Death Books from Auschwitz, Tome 2, page 204). L’état civil fictif établi après la Libération (dates de décès fictives, le 1er, 15 ou 30, 31 d'un mois estimé) afin de donner accès aux titres et pensions aux familles des déportés) mentionne toujours "décédé en septembre 1942 à Birkenau". Il serait souhaitable que le ministère prenne désormais en compte les travaux des historiens du Musée d'Auschwitz, basés sur les archives du camp d’Auschwitz emportées par les Soviétiques en 1945, et qui sont accessibles depuis 1995.
    Justin Daguts a été déclaré "Mort pour la France" en avril 1948. Le titre de « déporté politique » lui a été attribué (n° 11720033).
    Son nom est inscrit sur le monument aux morts d’Aube, devant le calvaire.

    Note 1 : Information de son registre matricule militaire. Mme Marinette Daguts, qui pense être une parente éloignée, m’a informée par courriel que le nom de Justin Daguts figurait sur une plaque érigée le 7 décembre 1947 à l'hôtel des Postes d’Alençon à la mémoire des 12 postiers déportés et fusillé d’Alençon. Le travail des élèves de 3ème du Collège Balzac d’Alençon complète cette information. « Les fonctionnaires des P et T jouèrent un rôle important mais méconnu, en interceptant des lettres adressées à la Kommandantur, en assurant les transports de courriers et d'armes, en détraquant les lignes au service de l'occupant, en fournissant des renseignements à nos alliés ». La profession d’électricien que j’avais indiquée lors de la rencontre de Caen en 2001 et qui a été reprise dans l’ouvrage « de Caen à Auschwitz », résulte d’une confusion avec la fiche de Maurice Denis, électricien, travaillant à Aube.
    Note 2 Centre de Recherche d'Histoire Quantitative (CRHQ). Biographies de résistants de l’Orne, par Thomas Pouty et Stéphane Robine.

    Sources

    Liste des déportés de l'Orne (Mme Ventillard, archives départementales, juillet 1991).
    Témoignage d'Eugène Garnier.
    Death Books from Auschwitz, Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau, 1995 (basé essentiellement sur les registres - incomplets - de l’état civil de la ville d’Auschwitz ayant enregistré, entre le 27 juillet 1941 et le 31 décembre 1943, le décès des détenus immatriculés).
    Bureau des archives des victimes des conflits contemporains (BAVCC), Ministère de la Défense, Caen (fiche individuelle consultée en juin 1992).
    © Site Internet Mémorial-GenWeb
    © Site www.mortsdanslescamps.com
    © Site Résistance et déportation : les stèles commémoratives (Orne).
    © Dessin de Franz Reisz, in « Témoignages sur Auschwitz », ouvrage édité par l’Amicale des déportés d’Auschwitz (1946).
    © Archives en ligne : Etat civil et Registres matricules militaires du Tarn.
    Courriels de Mme Béatrice Boudon (mars 2017), pour rectification des nom et prénom de jeune fille de l'épouse de Justin Daguts, illisibles sur l'acte de naissance de celui-ci à la mention du mariage, mais dont elle a retrouvé l'acte de naissance à Moularès (état civil en ligne du Tarn). Acte de naissance de Gabriel Boudon, 1er mai 1920.

    Notice biographique réalisée en avril 2001 (modifiée en 2011, 2017 et 2018), pour l’exposition organisée par des enseignants et élèves du collège Paul Verlaine d’Evrecy, le lycée Malherbe de Caen et l’association «Mémoire Vive». Par Claudine Cardon-Hamet, docteur en Histoire, , auteur des ouvrages : "Triangles rouges à Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942" Editions Autrement, 2005 Paris et de «Mille otages pour Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45000 », éditions Graphein, Paris 1997 et 2000. Pour compléter ou corriger cette biographie, vous pouvez me faire un courriel à deportes.politiques.auschwitz@gmail.com

    SITE ÂME DE NOS MARINS

    LOUIS MARASSE

    Disparu en mer sur le Croiseur PLUTON

    site Âme de nos marins

    - Les héros graulhétois 1939-1945

    Retrouvez l'histoire de cette tragédie  sur l'excellent site Âme de nos marins

    - Les martyrs graulhétois

    - Les martyrs graulhétois

    Le Pluton est un croiseur mouilleur de mines de la marine nationale française mis sur cale en 1928 par l'arsenal de Lorient. Il est aussi capable d'embarquer un millier d'hommes, dans le rôle de transport de troupes rapide. Peu après sa mise en service, il est modifié et devient un navire-école de canonnage, remplaçant le vieillissant Gueydon. Peu avant le début de la Seconde Guerre mondiale, il revient à son rôle d'origine et la plupart des équipements d'instruction au tir sont débarqués. Au début de la guerre, il est alors envoyé à Casablanca pour y mouiller un champ de mines défensif en face du port. Le 13 septembre 1939, lors d'une mauvaise manipulation, une mine explose, provoquant la mise à feu des autres mines du bord qui détruisent le bâtiment, tuant environ 200 marins. (Source WIKIPEDIA)

    Retrouvez l'histoire de cette tragédie  sur l'excellent site Âme de nos marins

    13 Septembre 1939 - La fin tragique du croiseur mouilleur de mines Pluton


    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :