• -  Elections municipales

    A quelques semaines d'une nouvelle élection municipale

    le blog Mémoires de Graulhet

    vous propose de découvrir pour la première fois l'ensemble des résultats des
    14 élections municipales depuis 1945*
    qui ont eu lieu à Graulhet.
    * au 01/01/2020 

     -  Elections municipales

     Les 8 maires de Graulhet
    de 1945 à 2020 (mars)

    1945 - 1965 - Noël PELISSOU né le 27/12/1887
    1965 - 1971 - Bernard DUMONTIER né le 27/11/1907
    1971 - 1977 - André PONTIER né le 28/04/1921
    1977 - 1989 - Jean-Henry ARGELES né le 04/10/1914
    1989 - 1995 - Claude BOUSQUET né le 05/03/1942
    1995 - 2002 et  2005 - 2008 - Jean PICAREL né le 14/05/1947
    2002 - 2005 - Françoise RODET née le 18/08/1944
    2008 - 2020 - Claude FITA né le 24/06/1948

    -  Elections municipales

    ÉLECTION MUNICIPALE
    29 AVRIL ET 3 MAI 1945

    -  Elections municipales

    NOËL PELISSOU

    FRANCE : Le scrutin de 1945 intervient alors que la France et les alliés sont encore en guerre : l’Allemagne capitule le 7 mai 1945. Pour la première fois les Françaises sont appelées à voter, ce qui double, par rapport à l’avant guerre, le corps électoral. Les vainqueurs du scrutin sont les partis politiques qui ont participé à la Résistance : communistes, socialistes, démocrates-chrétiens du MRP (Mouvement Républicain populaire)

    Droit de vote des femmes : 23 mars 1944 : l'assemblée consultative adopte le droit de votes des femmes - 21 avril 1944 : De Gaulle ratifie le droit de vote des femmes - 29 avril 1945 : le premier vote des Françaises a lieu pour les élections municipales, suite à une loi promulguée par Charles de Gaulle.

    GRAULHET : Deux listes furent en présence :
    - La liste présentée par le Comité d'Union Socialiste Jean Jaurès (Noël Pélissou)
    - La liste Patriote Républicaine Eugène Paba (communiste)

    (la majorité absolue était de 1893)

    La liste PABA obtient une moyenne de 1146 voix
    La liste socialiste avec une moyenne de 2306 voix fut élue en totalité

    Voici la liste des 23 élus

    NOEL PELISSOU ARTISAN COUPEUR
    BERTHOUMIEU RENEE EMPLOYÉE
    CARAYON CAMILLE EMPLOYÉE
    ADHEMAR ROGER EMPLOYÉ
    BALAN CHARLES MÉDECIN
    BELLIERES EMILE OUVRIER MÉGISSIER
    BOULADE PIERRE INDUSTRIEL
    BOSC ETIENNE OUVRIER PEINTRE
    CALVEL RENE MAROQUINIER
    DELATOUR MARC RETRAITE
    GALAN LOUIS REPRÉSENTANT
    GALINIER ANDRE AGRICULTEUR
    GASC MAURICE ARTISAN COUPEUR
    HOULES EMILE AGRICULTEUR
    LAUTARD LAURENT REPRESENTANT
    MARTY LOUIS DIRECTEUR D'ECOLE
    MAZENS ARMAND OUVRIER MEGISSIER
    PAUTHE ANDRE REPRESENTANT
    POUDAC ANTONIN OUVRIER MEGISSIER
    ROUYRE LEON OUVRIER ELECTRICIEN
    SATGE GABRIEL INDUSTRIEL
    VAISSIERES CHARLES AGRICULTEUR

     Lors du premier conseil municipal le 6 mai furent élus

    MAIRE NOËL PELISSOU
    1ER ADJOINT PIERRE BOULADE
    2IEME ADJOINT RENÉ CALVEL
    3IEME ADJOINT ÉMILE HOULES
    4IEME ADJOINT LOUIS GALAN

    HE845

    ÉLECTION MUNICIPALE  - 19 et 26 OCTOBRE 1947

    -  Elections municipales

    NOËL PELISSOU 

    FRANCE :  Ce sont les premières élections municipales de la Quatrième République (La quatrième République est le régime républicain en vigueur en France du 27 octobre 1946 au 4 octobre 1958). Elles sont marquées par l’isolement du Parti communiste qui a été exclu du gouvernement au printemps, et qui perd de nombreuses mairies, par la nette victoire des listes se réclamant du général de Gaulle (qui a quitté le pouvoir en janvier 1946) et de sa formation : le Rassemblement du Peuple Français.

    GRAULHET : Deux listes furent en présence :
    - La liste présentée par la SFIO (socialiste) - présentée par Noël PELISSOU
    - La liste d'Union Républicaine et Résistante (communiste) présentée par Ernest ANTERIEUX

    GRAULHET : Électeurs inscrits : 5231 - Votants : 4117 - Nuls : 272 - Exprimés : 3845 

    La liste SFIO de Noël PELISSOU l'emporte avec une moyenne de 2800 voix sur la liste d'Union Républicaine et Résistante qui obtient une moyenne de 940 voix

    NOEL PELISSOU élu maire
    ALQUIER MARIUS  
    ESTEVE CAMILLE  
    LADET MAURICE
     
    MAURIES RENE
     
    BELLIERES EMILE  
    BOULADE PIERRE adjoint
    BOSC ETIENNE  
    CALVEL RENE adjoint
    DELATOUR MARC  
    GALAN LOUIS adjoint
    GALINIER ANDRE  
    BELOU LAURENT
     
    HOULES EMILE adjoint
    ENJALBERT CAMILLE
     
    CALLEN RAOUL
     
    MAZENS ARMAND  
    PEYRE RENE
     
    SOLOMIAC AIME
     
    ROUYRE LEON  
    SATGE GABRIEL  
    VAISSIERES CHARLES  
    VIGUIER AUGUSTA  

     

     

    ÉLECTION MUNICIPALE
    26 AVRIL et 3 MAI 1953

    -  Elections municipales

    NOËL PELISSOU

    FRANCE : C’est le retour sur la scène municipale et gouvernementale des Indépendants (droite libérale). Les partisans du général de Gaulle sont en très net recul et les communistes toujours isolés. Le scrutin de 1953 se caractérise par l’apparition d’alliances municipales entre socialistes et modérés qui perdureront jusque dans les années soixante-dix.

    GRAULHET : Deux listes en présence
    - La liste d'Union Socialiste SFIO
    - La liste d'Union Ouvrière Paysanne et démocratique - PCF

    Électeurs inscrits : 5460 - Votants : 4559 - Nuls : 192 - Exprimés : 4367

    La liste d'Union Socialiste SFIO avec une moyenne de 3350 voix l'emporte sur la liste Ouvrière Paysanne et Démocratique PCF (moyenne 860)

    Sont élus : 

    NOEL PELISSOU  GALINIER ANDRE
    BELOU LAURENT
     BOSC AUGUSTA
    ESTEVE CAMILLE  HOULES EMILE
    ADHEMAR ROGER  LADET MAURICE
    CALLEN MAURICE
    ENJALBERT CAMILLE
    ALQUIER MAURICE
     MAZENS ARMAND
    PIERRE ANDRE  PEYRE RENE
    BOSC ETIENNE  SOLOMIAC AIME
    CALVEL RENE  ROUYRE LEON
    DELATOUR MARC  SATGE GABRIEL
    GALAN LOUIS  VAISSIERES GABRIEL

     

    Le 3 mai lors de l'élection du maire et des adjoints : un des votants se trompe et le premier adjoint supplémentaire ne recueille que 21 voix au lieu des 22 prévues !

    Le maire ne le prend pas à la rigolade...et le fait savoir en patois:

    - Cal és aquel bougré dé coun ! ? 

     

    ÉLECTION MUNICIPALE - 8 et 15 MARS 1959

    -  Elections municipales

    NOËL PELISSOU

    FRANCE : Ce sont les premières élections municipales de la Cinquième République (La V° République est le régime politique républicain actuellement en vigueur en France. Elle a succédé le 4 octobre 1958 à la quatrième République qui avait été instaurée en 1946) néanmoins les partisans du Général de Gaulle n’arrivent pas au niveau local à atteindre les scores qu’ils obtiennent dans les élections nationales.

    Nouveauté ! Une troisième liste vient troubler le jeu habituel


    - Liste du Comité D'Union Socialiste Jean-Jaurès SFIO
    - Liste du parti Communiste Français
    - Liste d'Union Républicaine d'Administration municipale

    Les têtes de listes étaient : Noël PELISSOU, Henri MEROU et André PONTIER 

    1er tour : Électeurs inscrits : 6096 - Votants : 5364 - Nuls : 128 - Exprimés : 5236

    Moyenne des voix

    SFIO = 2332
    PCF = 728
    Union Républicaine d'Administration municipale = 2109
    -------------------

    Commentaire après le premier tour…

    -  Elections municipales

     

    LA DEPECHE DU 10 MARS 1959

     

    -  Elections municipales

    ---------------------

    -  Elections municipales

    La Dépêche du 11 mars 1959 

    Au deuxième tour le 15 mars 1959 , deux listes sont en présence : Union de la Gauche (majorité de SFIO et 5 communistes dont 3 figureront parmi les 21 élus) et la liste d'Administration municipale qui aura 2 élus : André PONTIER et Bernard DUMONTIER.

    Moyenne des voix :  SFIO = 2752 - Liste PONTIER = 2483

    Le 26 mars au premier conseil municipal, Noël PELISSOU fut élu maire pour la cinquième fois avec 19 voix , le premier adjoint sera René CALVEL , Louis GALAN en deuxième adjoint. 

    Noms des élus suivi du nombre de voix obtenues - En bleu les deux élus de liste d'Administration municipale.  

    René CALVEL (2832) Gabriel SATGE (2827) Louis GALAN (2826)
    Aimé SOLOMIAC (2821) Emile HOULES (2813) Camille ESTEVE (2807)
    Laurent BELOU (2804) René PEYRE (2794) André PIERRE (2792)
    Léon ROUYRE (2786) André GALINIER (2783) André PONTIER (2783)
    René MAURIES(2781) Armand MAZENS (2773) Etienne BOSC (2773)
    Noël PELISSOU (2769) Charles BALAN (2765) Charles VAISSIERE (2759)
    Marcel SOLIRENE (2749) Ernest ANTERIEUX (2654) Bernard DUMONTIER (2628)
    Paul FONVIEILLE (2611) Georges FABRIES (2602)

     

           

    ÉLECTION MUNICIPALE - 14 et 21 MARS 1965

    -  Elections municipales

      BERNARD DUMONTIER 

    FRANCE : Comme celles de 1959, elles sont décevantes pour les gaullistes bien qu’en légère progression. Le Parti communiste enregistre plusieurs succès et on assiste au commencement d’un rapprochement entre les partis de gauche qui profite alors essentiellement au PCF qui sort de son isolement.

    GRAULHET : Trois listes se présentent devant les 6810 électeurs. Au premier tour 5915 seront exprimés. La liste SFIO obtient 2672 voix - La liste Communiste 967 voix et la liste d'Union Républicaine d'administration municipale 2983 voix, dès le premier tour la tête de liste de la liste d'Union Républicaine d'Administration municipale est élue il s'agit du Docteur André PONTIER
    Pour le deuxième tour les listes SFIO et communiste ont fusionné pour former la liste d'Union des gauches  et se trouve confronter à la liste d'Union Républicaine d'administration municipale - 6142 votants et 6042 exprimés ! - 5 conseillers issus de la liste Union des gauches et 22 conseillers de la liste d'Union républicaine

    Pour la première fois depuis la guerre Graulhet bascule " à droite ". 

     

    Les élus et les voix obtenues 
    En bleu les cinq conseillers issues de la Liste Union des gauches

    Bernard DUMONTIER (3251) Albert ROUYRE (3191) Jeanine JULIE (3160)
    Cécile MAURIES (3114) Gabriel SATGE (3110) Marcel PRADELLES (3092)
    Léon ROQUES (3085) Jean LASSERRE (3062) René CALVEL(3056)
    René MAURIES (3055) Raymond ROUYRE (3055) Joseph BORIES (3021)
    Clément MALET (3020) Laurent MIQUEL (3019) Roger CALMETTE (3016)
    Raoul ROQUEFEUILLE (3015) Robert COMBES (3008) Léo DESPRATS (3008)
    Maurice HUC (3004) Andrée ABOUT (2995) Maurice DRUGEON (2983)
    Paul REYNAUD (2979) Gabriel ROUYRE (2975) Moïse ARGOU (2974)
    Marcel SOLIRENE (2971) Albert LARANE (2961)  

    Le 30 mars Bernard DUMONTIER est élu maire par 21 voix et 6 nuls
    André PONTIER sera élu premier adjoint  par 21 voix et 6 nuls
    Jean LASSERRE sera élu deuxième adjoint  par 21 voix et 6 nuls
    Jeanine JULIE sera élues troisième adjoint par 21 voix et 6 nuls

    --------------------------

    Profession de foi de la liste SFIO 
    Beaucoup de lyrisme dans ce texte ....à lire !

    -  Elections municipales

    Les listes...peu de femmes sur les listes

    LA LISTE SFIO : 27 hommes - 0 femme

    -  Elections municipales

    LA LISTE COMMUNISTE - 27  hommes - 0 femme

    -  Elections municipales

    LA LISTE D'UNION REPUBLICAINE D'ADMINISTRATION MUNICIPALE

    23 hommes - 4 femmes

    -  Elections municipales

      L'édition spéciale et rarissime du GRAULHET REPUBLICAIN (journal socialiste) publiée avant le premier tour

    -  Elections municipales

     

    ÉLECTION MUNICIPALE - 14 et 19 MARS 1971

    -  Elections municipales

    ANDRÉ PONTIER

    FRANCE : Georges Pompidou est Président de la République depuis deux ans. Les gaullistes progressent notamment dans le Sud-ouest et les communistes dans le Nord et l’Est. A gauche, même si les socialistes, qui progressent à l’Ouest, administrent encore de nombreuses villes avec les modérés, la stratégie d’union avec les communistes se développe notamment par des désistements au second tour.
    La bipolarisation de la vie politique apparaît sur la scène locale.

    GRAULHET : Le maire Bernard DUMONTIER étant décédé le 2 mars à l'âge de 64 ans, le Docteur André PONTIER prend la tête de la liste d'Union Républicaine et d'Administration Communale qui avec une moyenne de 3682 voix sera élue en son entier, la liste de gauche conduite par le Docteur HERMET n'atteignant qu'une moyenne de 2468 voix.

    LES LISTES EN PRÉSENCE

     

    -  Elections municipales

     Les chiffres indiqués à la suite des noms correspondent au nombre de voix obtenues et notés par un électeur graulhétois - le chiffre suivant indique le rang de classement

    -  Elections municipales

     Seront donc élus  

      -  Elections municipales 

     

      

    ÉLECTION MUNICIPALE - 13 ET 20 MARS 1977

    -  Elections municipales

    JEAN-HENRY ARGELES

    FRANCE : Depuis 1972, communistes et socialistes sont unis sur les bases d’un "programme de gouvernement" et dans la plupart des cas les deux partis se présentent ensemble dès le premier tour. Leur victoire est impressionnante, la gauche unie est majoritaire dans la France urbaine. A Paris, victoire de Jacques Chirac au détriment des partisans de Valéry Giscard d’Estaing, Président de la République depuis trois ans. Première percée des écologistes.

    GRAULHET : Deux listes sont présentes :
    - La liste d'Union de la gauche présentée par Jean-Henri ARGELES
    - La liste d'Union Républicaine d'Administration municipale présentée par Jeannine JULIE

    La liste d'Union de la gauche sera élue dans son intégralité dès le premier tour

     

    DERNIÈRE RÉUNION DES ELUS AVANT LES ÉLECTIONS

    -  Elections municipales

    LES PROGRAMMES PROPOSES

    -  Elections municipales

    -  Elections municipales

    --------------------------------

    -  Elections municipales

    -  Elections municipales

    LES LISTES

    -  Elections municipales

    Les chiffres indiqués à la suite des noms correspondent au nombre de voix obtenues et notés par un électeur graulhétois - le chiffre suivant indique le rang de classement

    -  Elections municipales

    LE NOUVEAU MAIRE DE GRAULHET

    -  Elections municipales

      

     

    ELECTION MUNICIPALE - 6 ET 13 MARS 1983 

     

    -  Elections municipales

     JEAN-HENRY ARGELES

     

    FRANCE : Premières élections depuis le vote des lois de décentralisation (1982). Défaite de l’Union de la gauche au pouvoir depuis deux ans. Les électeurs sanctionnent la majorité présidentielle comme ils l’avaient fait en 1977 au détriment de la droite. Nette victoire du RPR et de l’UDF. Première percée du Front national.

    GRAULHET : Deux liste en présence présentées par :


    - M. Jean-Henry ARGELES - Liste Majorité Présidentielle
    - M. Georges RAVARI - Liste d'opposition

    INSCRITS 8725  
    VOTANTS 7567 86.72%
    EXPRIMES 7160  

    LISTE ARGELES MAJORITÉ PRÉSIDENTIELLE

    Élus : ARGELES - BOUSQUET - DOGA - FITA
    CONTIS - COUCHET - PARAYRE - DURAND
    ROUYRE - JACQUIER - DAYDE - ANTONINI
    FABRE - RUCHARD - CATALO - FONTVIEILLE
    BELLIERE - CAILLOL - BIAU - SCIE - NAVALES
    BONNAFE - TOURNIER - BETATO - URUTY

    3593 50.18 % - 25 élus

    LISTE RAVARI - LISTE D'OPPOSITION

    Elus : RAVARI - BALAN - LAPORTE - AZEMA
    DAUDE -CALMETTES - BARATOU - DILE

    3567 49.82 % - 08 élus

     LES RESULTATS PAR BUREAUX DE VOTE  

    -  Elections municipales

    -  Elections municipales

     

     ÉLECTION MUNICIPALE - 12 ET 19 MARS 1989

    -  Elections municipales

    FRANCE : Les socialistes enregistrent un net redressement alors que le Parti communiste poursuit son déclin. La droite modérée recule alors que le Front national consolide son implantation dans les conseils municipaux. Poussée des écologistes.

    GRAULHET : Deux liste en présence présentées par :

    - M. Guy LAPORTE - Renaissance de Graulhet
    - M. Claude BOUSQUET - Union des forces de gauche et de progrès

    -  Elections municipales

      LES ELECTEURS

    Inscrits : 8892
    Votants : 7561
    Exprimés : 7225

    LES ELUS

    Union des forces de gauche et de progrès : 50.10 % - 3620 voix - 25 élus


    BOUSQUET - RICHARD - DOGA - DEVAUX - DURAND - BIAU - PEYRE
    CONTIS - NOUVEL - PIEROTTI - GASC - JACQUIER - FABRIES - ANTONINI
    ESCRIBE - MILLEVILLE - GARNIER - TISSANDIE - TARTIERE - ROUYRE
    CALVEL - GOMEZ - DELSOL - HERMET - ASTRUC

    Renaissance de Graulhet : 49.90 % - 3605 voix - 8 élus

    LAPORTE - ROUMEGOUX- RAVARI - VIGUIER - AZEMA - DAUDE - PRADINES - BALAN

     

      

    ÉLECTION MUNICIPALE - 11 ET 18 JUIN 1995

    -  Elections municipales 

    JEAN PICAREL

     

    FRANCE : La date du scrutin de 1995 a été repoussée en juin afin qu’il n’y ait pas interférence avec l’élection présidentielle (23 avril et 7 mai) qui a vu la victoire de Jacques Chirac. On enregistre une légère progression de la droite modérée bien qu’elle perde quelques arrondissements de Paris et de Lyon au profit de la gauche. Les scores du Front national lui permettent de se maintenir au second tour dans un nombre important de villes et de gagner trois municipalités (Toulon, Marignane et Orange) à l’issue du second tour.

    GRAULHET : Deux listes en présence présentées par

    - M. Claude BOUSQUET - Liste Graulhet Horizon 2000
    - M. Jean PICAREL - Graulhet Demain

    L'équipe de Claude BOUSQUET

     -  Elections municipales

    -  Elections municipales

    L'équipe de Jean PICAREL 

    Inscrits 8561
    79.46 %


    Votants 6803
    Exprimés 6350
    Blancs Nuls 453
    Abstentions 1758 20.54 %

    Liste GRAULHET DEMAIN


    Élus - PICAREL - CAZELLES - RODET - RESTES - BALAN - ALIBERT
    ROUX - DELAIRE - CABAUSSEL - VECHAMBRE - GUIRAUD - MICHEL
    HUC - ESTEVE - ALET - ROUMEGOUX - ROQUEFEUIL - ROQUES
    GLEIZES - FAGE - MARY - VIALARET - BERNARD -Y.PRADELLES
    LAURENTS - M.PRADELLES

    3633 57.21 %

    26 élus

    Liste GRAULHET Horizon 2000

    Élus - BOUSQUET- RICHARD - BIAU - DURAND

    ARQUIER - NOUVEL - ALBOUY

    2717 42.78 %

    7 élus

     -  Elections municipales

    Le premier numéro du nouveau bulletin municipal Graulhet Ensemble ! et l'article amusant de la Dépêche sur la photo-montage que l'on pouvait voir dans la vitrine du Studio BIMOUAT 

    -  Elections municipales

     

    LES RESULTATS PAR BUREAU - LA DÉPÊCHE DU 12/06/1995

    -  Elections municipales

     

     

     

     ÉLECTION MUNICIPALE - 11 ET 18 MARS 2001

    -  Elections municipales

    JEAN PICAREL

     

    FRANCE : Le premier tour des élections municipales du 11 mars 2001 se caractérise par un taux d’abstention élevée (32,7 % soit une augmentation de 2,1 % par rapport à 1995). En revanche le second tour est marqué par une hausse significative de la participation (+2,2 % par rapport au premier tour) mais le taux d’abstention reste plus élevé que ceux enregistrés pour ce type de scrutin depuis 1958. La droite parlementaire enregistre une nette progression sur l’ensemble du territoire. En effet parmi les villes de plus 30 000 habitants, Strasbourg, Rouen, Orléans, Blois basculent à droite. En revanche la gauche plurielle subit un net revers et perd 23 municipalités de plus 30 000 habitants. Elle obtient toutefois deux succès notables à Paris et Lyon où elle bénéficie des divisions de la droite. Le Parti communiste perd plusieurs de ses bastions (La Ciotat, La Seyne, Sète, Dieppe et Nîmes) qui ne sont pas compensés par les quelques gains obtenus (Sevran, Arles). L’extrême droite conserve les villes trois villes conquises en 1995 (Toulon, Marignane et Orange) mais perd son rôle décisif dans l’arbitrage de certains ballotages.

    -  Elections municipales

    GRAULHET : Quatre listes en présence présentées par

    - M. Raphaël TORRENTS - LUG
    - M. François MAISON
    - M. Jean PICAREL - Liste DVD
    - M. GAUTRONNEAU - Liste verte et ouverte

    Résultats 1er Tour

    Liste TORRENTS - 2104 voix - 36.57 %
    Liste MAISON - 1240 voix - 21.55 %
    Liste GAUTRENNEAU - 288 voix - 5.1 %
    Liste PICAREL - 2131 voix - 36.87 %

     

    LISTE MAISON

    -  Elections municipales

    LISTE PICAREL

    -  Elections municipales 

    LISTE TORRENTS 

    -  Elections municipales 

    JEAN GAUTRONNEAU et CHRISTIAN SERIN

    © Photo LA DÉPÊCHE DU MIDI

    -  Elections municipales 

    Photos extraites des documents officiels et publics diffusés lors de la campagne électorale
    A ma connaissance il n'existe pas de photo de l'ensemble des membres
    de la liste Jean GAUTRONNEAU (si oui merci de me la transmettre) 

    Résultats deuxième tour

    CANDIDATS VOIX % SIÈGES
    LISTE TORRENTS 2547 40.78 % 7
    LISTE MAISON 959 15.35 % 2
    LISTE PICAREL 2740 43.87 % 24

    Les élus sont 

    Liste PICAREL Liste TORRENTS LISTE MAISON
    JEAN PICAREL ANDRÉ LARRUE RAPHAËL TORRENTS PHILIPPE PORTE
    FRANCOISE RODET MARIE-LOUISE DE JESUS CLAUDE BOUSQUET MICHELINE PRADELLES
    ANNE-MARIE CABAUSSEL GINETTE BARTHE MARIE-CLAIRE CONTIS  
    ALAIN HUC MARCEL GLEYZES CLAUDE NOUVEL  
    CLAUDE ROQUES CHRISTIAN ESTEVE ROBERT RICHARD  
    ANNE-MARIE LANCIAUX GEORGETTE WINDLER ANNIE FABRIES  
    YVES PRADELLES ROBERT ROQUEFEUIL MARYSE ESCRIBE  
    MARIE-LAURE CASAGRANDE NADINE TENES    
    CHRISTINE CHATILLON JOSIANE BRU    
    FRANCOISE NERIN FRANCIS AURIOL    
    JEAN-MARC MEROU MARIE-CHRISTINE FEDOU    
    JEAN-PAUL LAURENTS JEAN-CLAUDE CRITON    

     

    -  Elections municipales 1945-2014

    -  Elections municipales

    CARTE POSTALE éditée à l'occasion des Élections municipales de 2001

    LA DÉPÊCHE du 19 mars 2001

    …." A Graulhet, la gauche, en revanche, pouvait envisager la victoire. Mais là encore, les urnes ont été favorables à la droite. Et, finalement, plus aisément que ne le laissait envisager le premier tour. Jean Picarel ne comptait alors que 25 voix d'avance sur Raphaël Torrents. Hier le maire sortant s'est imposé avec une marge bien plus confortable: près de 200 suffrages. A l'évidence, l'électorat de droite s'est davantage mobilisé que celui de gauche; la participation a été supérieure de plus de 4 points à celle du 11 mars. Jean Picarel a aussi récupéré des électeurs qui s'étaient portés sur François Maison au premier tour. Quant à Raphaël Torrents, il paie vraisemblablement son refus de toute alliance avec les Verts…."

    Graulhet: Jean Picarel a la victoire modeste

    « Je serai le maire de tous les Graulhétois. Je ne veux pas d'un Graulhet partagé en deux ou en trois ». Jean Picarel, sobre et respectueux de ses adversaires, ne fait pas dans le triomphalisme avant de donner lecture des résultats de la triangulaire dont il sort victorieux. Quelques minutes avant - alors que la foule attendait le résultat du bureau n°6 -, un membre de son équipe lui annonçait à l'oreille qu'il l'emportait de 193 voix devant la liste de gauche conduite par Raphaël Torrents. « Modeste, modeste ». Jean Picarel indique à son équipe la ligne de conduite à suivre en faisant un geste de la main. Puis il patiente encore un peu. Le résultat du dernier bureau tombe. Le maire sortant s'approche alors de Raphaël Torrents. Les deux hommes se serrent la main. L'assistance applaudit. En aparté, il nous confie: « C'est une immense joie, surtout pour mes colistiers. Je suis vraiment heureux pour eux… Après le premier tour, j'étais optimiste… Comme je l'ai dit, au premier tour, les Graulhétois se sont défoulés. Au second, c'est le vote de la raison qui l'emporte... C'est aussi le refus de donner un chèque en blanc à une équipe qui a géré la ville pendant 18 ans, avant nous… Je crois que l'on peut dire qu'à Graulhet le clivage gauche-droite est en train de disparaître… Les Graulhétois ont jugé notre bilan positif. C'est une grande satisfaction ». Jean Picarel savoure sa victoire avec retenue. Raphaël Torrents, déçu, forcément, s'adresse à son tour au public. Il lit une déclaration. « Nous avons perdu. C'est la loi de la démocratie… Notre démarche n'a pas pu porter ses fruits… J'espère que Graulhet se ressaisira, que les six prochaines années seront différentes des six dernières. Notre équipe sera constructive au sein du conseil municipal »....Il reçoit à son tour les applaudissements du public. Et tente d'analyser le scrutin: « Chacun a mobilisé ses troupes. Il y a une plus forte participation… L'équipe Maison réalise un mauvais score... Cette érosion de voix s'est reportée sur la liste Picarel… Maintenant, Graulhet est une ville à droite... Il va falloir rajeunir les cadres à gauche. C'est mon objectif pour cette mandature... Nous allons rester à l'écoute de la population ». François Maison, pour sa part confie qu'il « craignait une érosion plus forte de son électorat entre le premier et le second tour. Nous perdons 281 voix. Je suis globalement satisfait ». François Maison place deux « garde-fous au conseil municipal... Ils défendront les idées que nous avons présentées lors de la campagne ». Ils ne sont pas encore désignés. François Maison, comme il l'a annoncé ne sera pas l'un des deux. Th. J. © LA DEPECHE DU MIDI ÉDITION DU TARN

    INVALIDATION DU MAIRE

    Le Conseil d’État a confirmé l'invalidation du maire Monsieur Jean PICAREL  le 29 juillet 2002

    Rappel des faits (extrait presse)

    Le Tribunal Administratif de Toulouse avait été saisie par la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques, laquelle avait rejeté le compte de campagne de Jean Picarel, le 5 novembre 2001. La raison du rejet : Jean Picarel a payé directement - en tirant un chèque sur le compte de sa société - une facture de 854,41 euros (5545,51 francs) à la S. A. Frouvelle-Belou pour des fournitures bureautiques, sans que celle-ci ait été prise en charge par son mandataire financier. Ce qui est formellement interdit par la loi sur les financements des partis politiques. D'où la sanction que le Conseil D’État, va probablement confirmer. Le jugement sera rendu autour du 29 juillet

    -  Elections municipales

    Élection de Madame Françoise RODET par le Conseil municipal

    -  Elections municipales

     FRANÇOISE RODET

     

     

    -  Elections municipales

     

    -  Elections municipales 1945-2014

     

    Au fil des mois de nombreux élus de la majorité municipale démissionnent, entre juillet et novembre 2004 ce sont 11 élus qui quittent leurs fonctions, ce qui entraînent blocage et confusion. Constatant l'impuissance de travailler pour l’intérêt général, le 15 novembre 2004 l'ensemble des élus de gauche présentent collectivement leur démission - Comme l'exige la loi et en particulier le code électoral, le Préfet du Tarn convoque de nouvelles élections municipales pour le 6 et 13 février 2005

      

    ÉLECTION (anticipée) MUNICIPALE
     6 ET 13 FEVRIER 2005

    -  Elections municipales

    JEAN PICAREL

     ------------------ 

    Deux listes en présence
    (deux listes seront invalidées celle de M. Francis AURIOL et celle de M. Franck PAMART)

    -  Elections municipales

    LISTE JEAN PICAREL : GRAULHET POUR TOUS

    -  Elections municipales

    LISTE TORRENTS : LA GAUCHE UNIE POUR GRAULHET

    -  Elections municipales

    -  Elections municipales

    LES RÉSULTATS  

    -  Elections municipales

    LA DÉPÊCHE DU 7 FÉVRIER 2005

    -  Elections municipales

    -  Elections municipales

    -  Elections municipales

     

    ÉLECTION MUNICIPALE - 9 ET 16 MARS 2008

    -  Elections municipales

    CLAUDE FITA

    FRANCE : Prévues en mars 2007, les élections municipales ont été repoussées d’un an en raison de l’élection présidentielle et des élections législatives de 2007. Le premier tour des élections municipales du 9 mars 2008 se caractérise une nouvelle fois par une faible participation au scrutin. Le taux de participation est de 66,54 % en métropole, soit le taux le plus faible enregistré à ce genre d’élections depuis 1959. Selon une totalisation du ministère de l’Intérieur portant sur 26 millions d’inscrits, les listes de droite recueillent 45,49 % des suffrages exprimés, soit un recul de 1,41 point par rapport à 2001 ; les listes de gauche en recueillent 47,94 %, soit une progression de 2,9 points ; les listes d’extrême gauche recueillent 1,49 % des suffrages et celles d’extrême droite en recueillent 0,68 %. Au second tour, le taux de participation en métropole est de 65,14 %. Les listes de gauche emportent 44 villes supplémentaires de plus de 20 000 habitants (après Lyon au 1er tour, victoire de la gauche à Paris, Toulouse, Lille et Caen ; l’UMP conserve Marseille ; le Nouveau Centre prend Agen et Châtellerault à la gauche ; le PCF perd Aubervilliers et Montreuil au profit du PS et des Verts).

    GRAULHET : Quatre listes en présence présentées par :

    - M.Claude FITA (LUG)
    - M. Jean PICAREL (LDVD)
    - M. Sylvain BONLEUX (LMAJ)
    - M. Franck PAMART (LDVD)

    Résultats du 1er Tour

    Date 9 mars 2008
    Inscrits 8 838
    Abstentions 2 551
    Abstentions (% inscrit) 28,86 %
    Votants 6 287
    Votants (% inscrit) 71,14 %
    Blancs et Nuls 269
    Blancs et Nuls (% inscrit) 3,04 %
    Blancs et Nuls (% votant) 4,28 %
    Exprimés 6 018
    Exprimés (% inscrit) 68,09 %
    Exprimés (% votant) 95,72 %

    Tous les sièges ont été pourvus dès le premier tour.

    Candidats Nombre de voix Exprimés (% votant) Nombre de sièges
    M. Claude FITA 3013 50.07 % 26
    M. Jean PICAREL 1997 33.18 % 5
    M. Sylvain BONLEUX 744 12.36 % 2
    M. Franck PAMART 264 4.39 % 0

     

    La liste des élus au conseil municipal

    LISTE FITA

    Danièle DESERT, Blaise AZNAR, Audrey MARTIN, Guy PEYRE, Florence PEZOUS, Jean-Luc FERNANDEZ, Claire FITA, Mathieu BLESS, Clotilde BERGERET, Philippe GONZALEZ, Maryse ESCRIBE, Roger BIAU, Louisa KAOUANE, Claude BOUSQUET, Claude ALBOUY, John DODDS, Bakhta TAGHRI, Bernard DELSOL, Chantal LAFAGE, Christian SERIN, Marie-Paule SOLOFRIZZO, Khalid KHEDDOUCH, Isabelle GINET, Bernard VIALA, Carole CHARLOT

    LISTE PICAREL

    Jean PICAREL  - Anne-Marie CABAUSSEL, Guy BACHELIER, Françoise LACAZEDIEU, Pierre QUINTA

    LISTE BONLEUX

    Sylvain BONLEUX - Gabrielle CORBEAU-MENDES 

     

    ÉLECTION MUNICIPALE - 23 ET 30 MARS 2014

    -  Elections municipales

    CLAUDE FITA

    FRANCE : Les élections municipales ont lieu les 23 et 30 mars 2014 pour le renouvellement des conseils municipaux des 36 681 communes françaises. Pour la première fois, les conseillers communautaires représentant les communes de plus de 1 000 habitants au sein des intercommunalités à fiscalité propre sont également élus en même temps et sur le même bulletin, alors que les représentants des communes de moins de 1 000 habitants sont déterminés par l'élection des maires et adjoints. À l'issue du scrutin, la droite détient une majorité des villes de plus de 10 000 habitants : 572 contre 349 à la gauche. Ce scrutin est une défaite pour la gauche, qui perd 121 villes de plus de 15 000 habitants. L'extrême droite gagne 14 villes, un niveau jamais atteint sous la Ve République.

    GRAULHET : Quatre listes en présence présentées par :

    - M. Jean-Claude AMALRIC (LDVD)
    - M. Bruno DE BOISSESON (LDVD)
    - M. Jean-Pierre ROUSSEAU (LFN)
    - M. Claude FITA (LUG)

    Résultats du premier tour

    Liste conduite parVoix% inscrits% exprimésSièges au conseil municipalSièges au conseil communautaire
    M. Jean-Claude AMALRIC (LDVD) 596 6,66 10,94 0 0
    M. Bruno DE BOISSESON (LDVD) 1087 12,15 19,97 0 0
    M. Jean-Pierre ROUSSEAU (LFN) 1555 17,38 28,56 0 0
    M. Claude FITA (LUG) 2205 24,65 40,51 0 0

    La répartition des sièges n'a lieu au 1er tour que si une liste a recueilli la majorité absolue des suffrages exprimés.

     Nombre% Inscrits% Votants
    Inscrits 8 942    
    Abstentions 3 196 35,74  
    Votants 5 746 64,26  
    Blancs ou nuls 303 3,39 5,27
    Exprimés 5 443 60,87 94,73

    En raison des arrondis à la deuxième décimale, la somme des pourcentages exprimés peut ne pas être égale à 100%

    Résultats du second tour

    Liste conduite parVoix% inscrits% exprimésSièges au conseil municipalSièges au conseil communautaire
    M. Jean-Claude AMALRIC (LDVD) 412 4,60 7,16 1 0
    M. Bruno DE BOISSESON (LDVD) 954 10,66 16,59 2 1
    M. Jean-Pierre ROUSSEAU (LFN) 1764 19,72 30,69 5 2
    M. Claude FITA (LUG) 2617 29,26 45,53 25 10
     Nombre% Inscrits% Votants
    Inscrits 8 943    
    Abstentions 2 943 32,91  
    Votants 6 000 67,09  
    Blancs ou nuls 253 2,83 4,22
    Exprimés 5 747 64,26 95,78

    LES ELUS (en 2014)
    Cette liste ne tient pas compte des démissions et des divers changements intervenus par la suite

     

    Liste conduite parElu(es) au conseil municipalElu(e) au conseil communautaire
    M. Jean-Claude AMALRIC (LDVD) 1. M. Jean-Claude AMALRIC  
    M. Bruno DE BOISSESON (LDVD) 1. M. Bruno DE BOISSESON Oui
    2. Mme Alyne CARDON  
    M. Jean-Pierre ROUSSEAU (LFN) 1. M. Jean-Pierre ROUSSEAU Oui
    2. Mme Ghislaine GANDINI Oui
    3. M. Michel ALIBERT  
    4. Mme Jeanine COMBES  
    5. M. Geoffrey NESPOULOUS  
    M. Claude FITA (LUG) 1. M. Claude FITA Oui
    2. Mme Louisa KAOUANE Oui
    3. M. Blaise AZNAR Oui
    4. Mme Chantal LAFAGE Oui
    5. M. Régis BEGORRE  
    6. Mme Claude ALBOUY  
    7. M. Roger BIAU Oui
    8. Mme Danièle DÉSERT Oui
    9. M. Guy PEYRE Oui
    10. Mme Florence BELOU Oui
    11. M. Philippe GONZALEZ Oui
    12. Mme Maryse ESCRIBE Oui
    13. M. Christian SERIN  
    14. Mme Hanane AMALIK  
    15. M. Christian CHANÉ  
    16. Mme Claire FITA  
    17. M. John DODDS  
    18. Mme Anne-Marie CAPARROS  
    19. M. Bernard VIALA  
    20. Mme Mireille BOUSQUET-BOUTIN  
    21. M. Bernard DELSOL  
    22. Mme Marie-Paule SENAT-SOLOFRIZZO  
    23. M. Jérôme RIVIÉRE  
    24. Mme Francine MAURER  
    25. M. Christophe LUC  

     

    SOURCES

    Travail de recherches effectué 2017-2019 - Les commentaires FRANCE pour les résultats sont issus de www.vie-publique.fr/actualité/dossier/municipales-2014/apercu-elections-municipales-depuis-1945.html et du site Wikipédia

    Archives Presse : La Dépêche du Midi - https://www.lexpress.fr
    Autres documents papier / photos : Collection personnelle - Livre : Graulhet 1000 ans d'histoire par G.VERGNES - (SHSPRG - 1987)
    Site : https://www.annuaire-mairie.fr (résultats 2001-2007-2014)

    Remerciements particuliers aux Service des Archives municipales de la Mairie de Graulhet
    Marion PELEGRY et Jérôme MAURY

     

     


    votre commentaire
  • INÉDIT - INÉDIT - INÉDIT

    - Les maires répondent...

     

    A quelques mois des élections municipales qui auront lieu les 15 et 22 mars 2020 et en complément de l'enquête sur les résultats des élections municipales à Graulhet depuis 1945, j'ai envoyé un questionnaire identique aux différents maires : Messieurs BOUSQUET, FITA et PICAREL qui résident à Graulhet. N'ayant pas connaissance de son adresse, j'ai essayé de contacter Madame Françoise RODET à plusieurs reprises par divers moyens (réseaux sociaux - relations graulhétoises). A ce jour je n'ai pu lui transmettre ce questionnaire, je le regrette sincèrement. Mais je ne désespère pas de pouvoir réaliser cette interview-questionnaire qui si elle se fait aura toute sa place ici.

    Monsieur Jean PICAREL a été le premier a répondre suivi de Monsieur Claude FITA et de Claude BOUSQUET. Monsieur BOUSQUET a répondu manuscritement par courrier, Monsieur PICAREL une réponse dactylographiée par courrier et Monsieur FITA une réponse par courriel. Vous allez donc découvrir les réponses de Messieurs PICAREL, BOUSQUET et FITA.

    Merci à chacun d'eux pour cette participation au blog MÉMOIRES DE GRAULHET.

    - Claude FITA

    Quelle est votre meilleur souvenir de maire ?

    Mon meilleur souvenir de Maire : Un matin, je reçois une dame, complétement dépressive, qui me dit :
    " Monsieur le Maire, je vais me suicider ! " Je suis resté sans voix devant la détresse de cette pauvre femme. J'ai aussitôt appelé un médecin et je lui ai confié cette pauvre femme. Plus tard, elle est revenue me voir pour me remercier de mon geste et de mon écoute. Elle m'a dit : " C'est vous qui m'avez sauvé " Merci Monsieur le Maire ! Ces mots résonnent encore dans ma tête !!!

    Un mauvais souvenir ?

    Mon plus mauvais souvenir de Maire, c'est le jour où le Président Pierre Fabre m'a dit les Laboratoires Fabre ne viendront jamais à Graulhet. Tout ça après des dizaines de rencontres et de discussions...La Ville de Graulhet offrait ses plus beaux terrains !!! Pour moi, ça a été un véritable coup de couteau dans le cœur !!! (Je ne peux vous dire ici les raisons invoquées).

    La réalisation dont vous êtes le plus fier ?

    Mon équipe municipale a participé à la réalisation de la Médiathèque, de la Maison de Retraite du Parc, de la Maison Funéraire et de l'implantation économique d'Occitanis, dans le traitement des déchets industriels.

    Votre endroit préféré à Graulhet ?

    J'aime Graulhet dans son entier. Mais j'ai un lieu privilégié de promenade et de méditation. C'est le cimetière St-Roch, avec son magnifique Monument aux Morts. Tous les jours je fais le tour de cet endroit.

    Un mot pour qualifier Graulhet ?

    Graulhet est une ville de cœur et de passion.J'ai eu la chance de connaître Graulhet dans ses plus belles années industrielles, avec toutes les Mégisseries de la Ville. Plus de cent Mégisseries dans les années 50/60. La Mégisserie et le Rugby, étaient les deux grandes paroisses de la ville. Tout le monde se retrouvait le Dimanche au Stade !!! Je me souviens du vieux stade de la Bouscayrolle !!! Dans l'industrie du Cuir et de la Mégisserie, on disait à l'époque : " Millau la noble, Mazamet la Financière et Graulhet la Vaillante " !!! Voilà qui définit bien Graulhet, avec sa générosité d'accueil, au delà de toutes les origines et confessions.J'ai été très fier de servir Graulhet. Ça a été pour moi un Sacerdoce Municipal Laïque !!! Le Graulhétois est parfois " grande-gueule ", mais il est généreux et a bien souvent bon cœur.

    L'original de son questionnaire

    - Claude FITA

    - Les maires répondent...

    Quelle est votre meilleur souvenir de maire ?

    L'opportunité que j'ai eu grâce à la compréhension du Président du département de faire le 10 décembre 1992, un échange de domanialité de la route départementale qui passait au centre ville avec sa cohorte de camions, et la rocade alors voie communale. Ainsi cet échange a permis de terminer les travaux de voirie financés par le département et surtout le transfert du trafic routier poids lourds vers cette rocade. Le centre ville n'y a connu que des avantages : moins de trafic routier et donc moins de danger pour circuler (voitures et piétons), une meilleure fluidité du trafic, plus calme et moins de pollution, la qualité de vie au centre ville a été ainsi amélioré grandement.

    Un mauvais souvenir ?

    Le décès de Georges Doga le 8 janvier 1991. C'était un homme de gauche avec de grandes qualités humaines que j'appréciais beaucoup, sa disparition alors qu'il était adjoint a été un moment de grande tristesse. Je me rappelle avec beaucoup d'émotion de la cérémonie à sa mémoire organisée par ses amis et camarades dans la cour d'honneur de la Mairie.

    La réalisation dont vous êtes le plus fier ?

    L'achat d'un terrain de 7 ha à Bouquedaze (Mariole) le 28 septembre 1993. Je veux remercier l'agriculteur qui a accepté de vendre à la ville ces terres afin de pouvoir y stocker les boues de la station d'épuration. Cette station est aujourd'hui le site le plus important pour accueillir des industries polluantes avec des matières organiques (le Dadou n'est plus un égout comme il y a 30 ans...)

    Votre endroit préféré à Graulhet ?

    Les bords du Dadou, sous la nouvelle passerelle en particulier, c'est un endroit agréable aux eaux claires où je vais en période de pêche taquiner la truite : chose qui était impensable il y a plus de 30 ans.

    Un mot pour qualifier Graulhet ?

    Graulhet est une ville qui a su trouver un second souffle : Après le déclin inexorable de la Mégisserie dans les années 80/90, Graulhet grâce à des hommes et des femmes visionnaires ayant un sens inné de l'initiative est redevenue une ville qui avance.

     

     L'original de son questionnaire

    - Claude FITA

    - Claude FITA

    Quelle est votre meilleur souvenir de maire ?

    Avoir repris de la population à Graulhet ! Alors qu’en 2008 à mon arrivée, et depuis une décennie, la ville perdait chaque année des habitants, nous avons aujourd’hui stoppé cette hémorragie. Mieux, nous avons gagné près de 750 habitants en 5 ans et affichons ainsi une population de 12 765 habitants au 1er janvier 2019.  Le Tarn a gagné 8 300 habitants, 10% des néo-tarnais ont choisi Graulhet et Graulhet a affiché une hausse de 6.8% d'habitants. Sur les trois villes qui ont connu une croissance démographique, Graulhet est la seule à ne pas se situer en bordure de l'A68.

    Un mauvais souvenir ?

    Comme pour beaucoup de Graulhétois, l’incendie qui a ravagé le Moulin du Seigneur mais aussi celui du club house du rugby m’ont meurtri. C’est toujours un traumatisme de voir partir en fumée ces bâtisses qui constituent notre patrimoine. 

    La réalisation dont vous êtes le plus fier ?

    La plaine de Millet, marquée par la construction d’une crèche, du cinéma et de la passerelle.  Ce chantier a aussi marqué l’amorçage d’une politique de traitement des friches industrielles, avec la démolition de certaines et la reconversion d’autres.

    Votre endroit préféré à Graulhet ?

    La plaine de Millet : le symbole de Graulhet aujourd’hui avec des équipements modernes, des friches traitées et réhabilitées, le Dadou et ses poissons, le chemin des berges et cette passerelle qui rejoint deux quartiers qui se tournaient historiquement le dos. C’est pour moi tout un symbole car mieux vaut construire des ponts que bâtir des murs !

    Un mot pour qualifier Graulhet ?

    J’ai fait de Graulhet une ville attractive, une ville culturelle, une ville sportive et qui bouge, une ville où il fait bon vivre. Une petite ville qui a tout d’une grande avec ses équipements tels que forum, piscine, stades, cinéma, etc. Graulhet, c’est l’art de vivre ! Et une ville dotée d’un tissu économique dynamique avec de belles entreprises soucieuses d’investir, d’embaucher, d’innover et d’exceller dans leurs domaines d’activités.

    Envoi du questionnaire sous forme électronique

     


    votre commentaire
  • - 2020


    votre commentaire
  • - Pharmacie

    la UNE de l'Almanach François 1938

    - Pharmacie

    - Pharmacie

    La découverte d'une nouvelle carte photo représentant la pharmacie BALZAME située 27 rue Jean Jaurès me permet de vous proposer un article spécialement écrit pour le blog MÉMOIRES DE GRAULHET par Pierre AUSTRUY, sur cette pharmacie ainsi qu'un historique des pharmacies graulhétoises

    PHARMACIE BALZAME – AUSTRUY

     

    - Pharmacie

    27 rue Jean Jaurès

    Edmond Balzame est né le 24 août 1878 à Graulhet, son père Émile est pharmacien de 2ème classe, installé rue St Projet et son grand-père Auguste est médecin, ils sont originaires de l'Ariège.

    Edmond va épouser en juillet 1910 Marie-Henriette Descargue originaire d'Agen.

    C’est un homme très actif, grand sportif, il pratique l'aviron, le rugby l'intéresse beaucoup et il va participer d'abord comme soigneur puis comme président aux destinées du Sporting Club Graulhétois notamment quand le SCG devient champion de 4ème série en 1920.

    - Pharmacie

    Il est passionné de pêche qu'il va pratiquer souvent avec ses amis.

    Le docteur Jean Rouzet, alors âgé de 5 ans, raconte une anecdote vécue par son père le Dr Eugène Rouzet en évoquant le souvenir que lui avaient laissé les inondations de 1930 à Graulhet.

    Il pleuvait abondamment et le ruissellement de l'eau suivait les canalisations des rues. La rue dans laquelle nous habitions ne s'appelait pas encore rue du Docteur Rouzet, mais rue Edouard Branly ; elle n'était pas goudronnée et le passage très fréquent des roues de l'auto de mon père avait creusé deux ornières qui rentraient dans le garage. C'est ainsi que la voie était tracée pour le ruisseau qui dévalait la rue. Le niveau du sol du garage étant de dix centimètres inférieur à celui de la cour, il fallait donc vider cette poche d'eau avec un seau et la serpillière. Mon père fut fort surpris de voir un poisson essayant de s'enfuir. Il réussit à l'attraper et constata qu'il s'agissait d'un poisson chat (ou silure). Il pensa que ce poisson venait du barrage de Miquelou.

    On le mit dans un bocal, à ma grande satisfaction. Mais, voilà qu'un jour, racontant sa pêche dans le garage à M. Balzame, celui-ci dit : " mais il est à moi, ce poisson ! ".

    En effet, à l'arrière de la pharmacie, il y avait un petit jardin dans lequel se trouvait un bassin habité par notre poisson-chat qui avait profité du débordement pour s'enfuir et finir son périple dans notre garage. Convaincu par mon père que ce poisson n'était pas de ceux qu'on garde dans un bocal, le poisson chat fut ramené dans son bassin.

    Ce n'est pas à l'âge de cinq ans que l'on garde des souvenirs précis. C'est donc plus tard que j'ai fixé dans ma mémoire les traits de ce personnage très attachant : grand, avec une abondante chevelure blanche légèrement ondulée, une grande lavallière autour de son cou et surtout un lorgnon fixé à la racine de son nez (le lorgnon ou pince nez était une lunette sans monture qui était remplacée par une pièce métallique qui tenait les verres et comportait une pince qui se fixait à la racine du nez).

    Pendant ses études de pharmacie, à Toulouse, il pratiquait l'aviron, participant à des compétitions. Ses études terminées, il s'installa à Graulhet où son esprit sportif le conduisit à la fonction de soigneur de l'équipe de rugby. Il faut se rappeler qu'à l'époque les joueurs de rugby étaient assimilés à des artistes du piano ! En effet, les trois quarts jonglaient avec le ballon en esquivant l'adversaire, c'étaient "les joueurs de piano", quant aux avants, ils ne touchaient pas le ballon mais ils empêchaient "manu militari" l'adversaire de jouer : ils étaient

    "les porteurs de piano". Le match terminé, le combat se poursuivait dans le rang des supporters.

    C'est ainsi, m'expliquait Mr. Balzame, qu'un mauvais coup fit tomber ses lorgnons qui furent rapidement écrasés par le piétinement des supporters. Aussi, prenait-il la précaution d'en avoir une paire de rechange. (Jean Rouzet).

    La pharmacie Balzame était installée au 27 rue Saint Projet (devenue ensuite rue Jean Jaurès).

    Edmond Balzame avait comme préparateur Monsieur Rudeau dont l'épouse avait un magasin de maroquinerie Avenue Victor Hugo.

    - Pharmacie

    Thermomètre publicitaire Pharmacie BALZAME

    - Pharmacie

    Maurice Rudeau son fils raconte une anecdote amusante pendant l'occupation Allemande dans les années 40, Monsieur Balzame préparait des colis de médicaments pour la résistance et les confiait dans le plus grand secret à Mr Rudeau pour qu'il les transmette aux résistants en lui recommandant bien de ne pas en parler à Mme Balzame. Il se trouve que Mme Balzame faisait de même en préparant des colis, en les confiant à Mr Rudeau et en lui recommandant de ne pas en parler à son mari.

    - Pharmacie

    Monsieur RUDEAU préparateur à la pharmacie AUSTRUY (Merci à Maurice Rudeau)

    - Pharmacie 

    - Pharmacie

    On peut reconnaître Edmond BALZAME sur cette célèbre carte postale

    - Pharmacie

    - Pharmacie

    Le 9 janvier 1949, Edmond Balzame vend la pharmacie à Jean Austruy qui était venu le remplacer l'année précédente. Le fils de Mr Balzame a fait des études de notariat et ouvert une étude à Grenade sur Garonne qui existe encore aujourd'hui (exploitée par un arrière-petit-fils d'Edmond).

    Edmond Balzame décèdera à Grenade le 17 décembre 1950.

    Jean Austruy (1921-2002), venu de Carmaux, épouse une graulhétoise Arlette Cols en 1949. Ils s'installent au 27 rue Jean Jaurès.

    - Pharmacie

    - Pharmacie

    - Pharmacie

    Il continuera à employer Monsieur Rudeau comme préparateur, puis passeront au début des années 50, Marcel Roques (le 3ème ligne du SCG), Georges Ravari, plus tard c'est André Cortès puis Yvon Jammes et enfin Jacques Devaux. 

    - Pharmacie

     

    En 1957, il effectue des travaux de modernisation de la pharmacie.

    Au début des années 60, tout en continuant son activité de pharmacien, Jean Austruy se lancera dans le métier de mégissier suite à la disparition de son beau-père et pour épauler sa belle-mère dans la gestion de l'entreprise Bounhiol et gendres chemin de la Trularié à St Pierre.

    La pharmacie sera cédée à Mme Lafon dans les années 80, puis plus tard à Monsieur Outabia et enfin à Madame Foulard qui transfèrera l'officine où elle se trouve aujourd’hui, au 99 avenue Charles de Gaulle.

    Pharmaciens de 1ère classe - 2ème classe

    Après la révolution, une nouvelle organisation de la profession a été mise en place, notamment pour la formation des pharmaciens, deux classes de pharmaciens ont été créées :

    Les pharmaciens de 1ère classe qui suivaient une filière universitaire : 3 ans de formation théorique dans une école de pharmacie (Paris, Montpellier, Strasbourg, Toulouse…) puis 3 ans de formation pratique en apprentissage, le tout validé par un diplôme devant le jury de l’école.

    Ces pharmaciens pouvaient exercer partout sur le territoire français.

    Les pharmaciens de 2ème classe qui devaient justifier de 8 ans d’exercice dans une ou plusieurs pharmacies, subissaient au terme de ces 8 ans un examen devant un jury départemental composé de pharmaciens et de médecins. Ces pharmaciens ne pouvaient exercer que dans le département où ils avaient obtenu le diplôme.

    A partir de 1898, il n’y a plus eu que les pharmaciens de 1ère classe. Et au début du 20ème siècle les écoles de pharmacie ont été intégrées aux facultés de médecine et de pharmacie telles que nous les connaissons aujourd’hui.

    Les Apothicaires et pharmaciens à Graulhet*

    Graulhet dispose déjà d’un apothicaire à la fin du 16ème siècle : Maistre Jacques Affinhes, apothicaire, est en effet cité dans le compoix de 1594. Ses descendants (6 générations) prennent sa suite jusqu’au milieu du 18ème siècle, le dernier établi étant Jean Joucaviel, gendre, apothicaire puis chirurgien (vers 1755-1775).

    Plusieurs autres membres de la profession, moins fortunés, sont présents dans la ville au cours de la seconde moitié du 17ème siècle : Hubert Larroque, Pierre et Louis Cahusac…

    Dans le dernier quart du 18ème siècle, Graulhet dispose de deux médecins, Jean-Jacques Mauriès et Philippe Charles Rossignol et de trois à quatre maîtres chirurgiens. Aucun apothicaire n’apparaît dans le compoix de 1783. Il semble pourtant que l’un d’eux ait exercé temporairement à cette époque : Félix Lussignol.

    Petite anecdote concernant Félix Lussignol un apothicaire Graulhétois

    En 1783 les ruelles graulhétoises n'étaient pas sûres !

    Félix Lussignol, apothicaire habitant dans le haut de Graulhet, le mercredi 15 janvier vers 9h et demi du soir fut arrêté dans la Grand rue près de la maisonnette de l'oustal nau, par trois inconnus dont l'un lui mis son pistolet sous la gorge et le força à donner trois signatures sur papier blanc avec ces mots approuvant l'écriture ci-dessus,  mais en réalité il n'y avait aucune écriture au-dessus des signatures.

    L'apothicaire demanda à Maître Corbières fils, avocat au parlement de Toulouse de le défendre dans cette affaire qui le mettait en cause pour une reconnaissance de paternité d'une demoiselle logée et nourrie chez lui. Les papiers signés stipulaient que Félix Lussignol s'engageait à nourrir et à loger l'enfant et à transférer la mère dans un couvent de la province du Languedoc qui lui conviendrait. 

    Cette affaire avait fait beaucoup de bruit à Graulhet et impliqué des personnalités de la ville :

    Guilhaume de Facieu (bourgeois), Cazes (archiprêtre), Gisclard (curé de St Jean), Demonricous (notaire), Chatard (bourgeois). 

    - Pharmacie

    Parmi tout cet aréopage, le procès verbal ne dit pas qui avait eu des faiblesses pour la jeune demoiselle… 

     

    Le premier pharmacien à exercer au début du 19ème siècle a été Paul Augustin Bogues diplômé à Toulouse et exerçant de 1810 à 1823. Lui succèdera Isidore Salvy Facieu (1799-1870) originaire de Montans, pharmacien de 2ème classe il exercera jusqu’en 1862. Auguste Marcel Alexandre Frayssé, fils d’Antoine Frayssé, professeur au collège d’Albi, reprend la pharmacie jusqu’en 1870.

    Marie Jean Eugène de Vialatte de Pémille (1810-1870) fils de Philippe Marie Eugène de Vialatte de Pémille et de Charlotte de Milhau, est issu d’une famille noble de Graulhet (son grand-père était chevau-léger de la garde du roi). Il créé une seconde pharmacie, au N°19 place du Mercadial, aussitôt après avoir obtenu son diplôme (Paris 1835). Il exerce jusqu’en 1862. Jean François Bernard Jules de Martrin (1839- ) pharmacien de 2ème classe prend le relai jusqu’en 1882 où son fils François de Martrin prendra la suite jusqu’en 1929.

    Henri Dubois (père du compositeur Pierre Max Dubois (1930-1895)) reprendra la pharmacie jusqu’en 1935. C’est Melle Marty qui exercera de 1935 à 1972 puis Melle Bourdariès jusqu’en 1974 au N°19 puis transfèrera au N°30 et y exercera jusqu’en 1999. Aujourd’hui la pharmacie est tenue par Jean Ah-Cuitz.

    - Pharmacie

    Auguste Eugène Emile Balzame (1839-1918), pharmacien de 2ème classe exerce au N°27 rue St projet jusqu’en 1900. Edmond Balzame (1878-1950) reprend l’officine de son père jusqu’en janvier 1949.

    - Pharmacie

    Jean Austruy exercera jusqu’en 1986, Madame Lafon jusqu’en 1992 puis Mr et Mme Outabia et enfin Mme Foulard qui tranfèrera l’officine au 99 avenue du général de Gaulle où elle se trouve actuellement.

    En 1900, Joseph Cennes ouvre une 3ème pharmacie au 1bis place du Jourdain, il y exercera jusqu’en 1910.

    En 1932 Mr Rey va créer une pharmacie au N°30 rue Jean Jaurès, il y exercera jusqu’en 1945. Maurice Drugeon reprendra jusqu’au début des années 1990. Aujourd’hui l’officine est tenue par Mr Chabbert.

    - Pharmacie

    En 1960 au N° 44 de la rue Gambetta Mr et Mme Cathalau vont créer une pharmacie qui sera transférée en 1976 au N°1 place Bosquet où exerce aujourd’hui leur fils Pierre Cathalau. 

    En 1967, Michèle Batigne va créer sa pharmacie à Crins, rue de Normandie où elle exercera jusqu’en 2007. C’est Sylvain Mette qui a repris l’officine et l’a transférée en 2018 au N°50 de l’avenue du printemps.

    Au N°24 de l’avenue Victor Hugo Nicole Deltrieu crée son officine en 1980, son fils prendra la suite et aujourd’hui la pharmacie est tenue par la Selarl Roullier.

    Mrs  Chabbert, Roulier et Ah-Cuitz ont regroupé leurs trois officines en s’installant depuis le 1er octobre  2019 place du Jourdain.

    *Informations tirées du livre d’Aimé Balssa : « Apothicaires et pharmaciens en Albigeois »

    Pierre AUSTRUY

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique