• Une série de photos rares de GRAULHET

     

     

    - Graulhet 1960-1970

     VUE GENERALE 
    Nous sommes après 1970 , le toit de l'immeuble LE TERMINUS n'existe plus...

    - Graulhet 1960-1970

    Vue de Crins 1...le collège n'est pas encore construit

     - Graulhet 1960-1970

    Avenue de l'Europe

    - Graulhet 1960-1970

    Vue aérienne de l'ancienne Caserne des Pompiers

    - Graulhet 1960-1970

     Vue du Stade , Crins 1 se construit, le collège est en cours de construction...

    - Graulhet 1960-1970

     Vue de Crins 1 et 2

    - Graulhet 1960-1970

    Vue de l'entrée du Stade...Crins 1 n'existe pas !

    - Graulhet 1960-1970

    Vue aérienne...côté mairie

    - Graulhet 1960-1970

    Place de la Halle...pharmacie Drugeon

    - Graulhet 1960-1970

    Porte du Gouch sur le coté Etablissements Cathalo

    - Graulhet 1960-1970

     Vues de la piscine...abords en travaux

    - Graulhet 1960-1970

     

    - Graulhet 1960-1970

    - Graulhet 1960-1970

     

    - Graulhet 1960-1970

     Carrefour de l'Europe...Coucou à Josette

    - Graulhet 1960-1970

    La rue Saint-Jean vue du Clocher

    - Graulhet 1960-1970

    Carrefour Saint-Projet...les docks méridionaux sont encore là !

    - Graulhet 1960-1970

    Vue rue Jean Jaurès qui fourmille de magasins

    - Graulhet 1960-1970

      Vues sur le Collège...encore tout seul

    - Graulhet 1960-1970

     

    - Graulhet 1960-1970

     Place de la Halle...magasin AULAIRE, crémerie Sainte-Cécile

    - Graulhet 1960-1970

    Réfection du Pont Vieux

    - Graulhet 1960-1970

    Début de la Place du Jourdain...un jour de marché

    - Graulhet 1960-1970

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    C'est en septembre 1970 que fut créée à Graulhet la première école de rugby, une équipe de minimes et ensuite de benjamins.L'école a connu un succès croissant et dans les années 80 on comptait 200 inscrits !


    L'équipe des minimes 1970
    parmi eux 10 joueurs évolueront en équipe 1 

    - 50 ANS de l'Ecole de rugby

     ANNÉE 70-71
    LEVER DE RIDEAU DU CO -SCG

    Cadets du ROEC (Rugby Olympique Educatif Castrais) - SCG (minimes)

    score : 0-0

    Debout de gauche à droite
    Alquier (3ième ligne aile) - Caparos (aile) - Gabel (3ième ligne centre) Pauthe (pilier) - Thevenet (2ième ligne) - Bellot (2ième ligne) - Cadaux (2ième ligne) - Durand (pilier) - Rouzières (3ieme ligne aile)
    Devant de gauche à droite
    Nouam (mêlée) - Gontier (talonneur) - Pastor (arrière) - Py (centre)
    Accroupis de gauche à droite
    Gautrand (aile) - Icart (ouverture) - Abadie (mêlée , blessé) - Peyrusse (mêlée) - Enjalbert (centre) - Fourés (centre)

    La liste des responsables de l'Ecole de Rugby depuis 50 ans.

    Francis Rouzières - Claude Batut - Claude Olivier - Francis Piquemil - Bernard Peyrusse - Daniel Sannou- Remi Maurel - José Requenna - Philippe Neuville - Jean Marc Py - Thierry Stignani - Gérard Durand - Anne Biau - Renaud Martinet - Pauline Gasc


    votre commentaire
  •  14 décembre 1991 - 8 février 1992

     

     Passage de la flamme Olympique à GRAULHET

    en janvier 1992

     - Janvier 1992 - Passage de la flamme Olympique

     

     PHOTOS INÉDITES

    - Janvier 1992 - Passage de la flamme Olympique

     

    - Janvier 1992 - Passage de la flamme Olympique

     

    La Flamme fut allumée solennellement le 13 décembre 1991 à Olympie (Grèce), selon les rites traditionnels, pour être conserver jusqu'à la fin des Jeux dans une lampe de mineur. Le 14 décembre, elle fut remise officiellement par le Président du Comité Olympique Hellénique aux Présidents du C.O.J.O., Messieurs Barnier et Killy. A 13 heures précises, un Concorde décollé d'Athènes pour Paris. La Flamme arrivé à 15 heures à l'aéroport Roissy - Charles de Gaulle pour rejoindre la Palais de l’Élysée, Les Champs Élysées puis l'Arche de la Défense. Le lendemain, 15 décembre elle entame la première étape des cinquante sept à travers la France pour terminer à Albertville

    - Janvier 1992 - Passage de la flamme Olympique

     

    LE PARCOURS OFFICIEL DE LA FLAMME OLYMPIQUE

    - Janvier 1992 - Passage de la flamme Olympique

    A VISITER et MERCI AU SITE : les-jeux-olympiques-albertville-1992.e-monsite.com

     


    votre commentaire
  • Il s'était retiré dans le Tarn à Puybegon 

    Photos rares et biographie

    Une allée Claude-Mademba-Sy à Paris pour honorer la mémoire des « héros d’Afrique »

    Au centre, l’ancien tirailleur franco-sénégalais Claude-Mademba-Sy (1923-2014) se battit pour le principe d’égalité des pensions militaires versées par la France aux anciens combattants africains. BERNARD EDINGER/AFP

    Le père et le grand-père de Claude Mademba-Sy

     Éléments biographiques Né à Versailles (Yvelines), le 11 décembre 1923. Descendant d’une famille africaine ayant aidé les Français à étendre leur présence au Sénégal et au Mali actuel entre 1870 et 1890. Son père, Abdelkader MADEMBA SY (1894-1932), combat à Gallipoli et à Douaumont. Puis en 1918 participe au côté du député Blaise Diagne au recrutement de tirailleurs en A.O.F. Parallèlement, il participe à l'Exposition coloniale de 1931. Commandant, il décède  de ses blessures en 1932. Claude Mademba-Sy devient pupille de la Nation. Décédé dans le Tarn le 8 avril 2014 et inhumé au cimetière de Puybegon.

    Claude Mademba Sy, officier de la Légion d'honneur - Strasbourg - Novembre 1963

    Carrière militaire et campagnes : Bachelier, il s’engage dans les Forces Françaises libres (FFL), le 21 mai 1943. Affecté comme mitrailleur dans le char Pantagruel au sein du 2e bataillon du régiment de marche du Tchad (RMT) . Durant ces combats, il gravit les différents grades de sous-officiers (caporal le 31 mai 1944, sergent le 1er janvier 1945, sergent-chef le 1er mai 1945). Il est le seul soldat d’origine africaine à prendre part à ses opérations. Élève de l’École Spéciale Militaire Interarmes (promotion « Victoire ») : aspirant le 25 juin 1945, sous-lieutenant le 26 décembre 1945. Il devient lieutenant d’active le 25 décembre 1946. Sert en Indochine au sein du 24° régiment de tirailleurs sénégalais puis en Algérie comme officier parachutiste au sein du 6e régiment de parachutistes coloniaux (6e RPC). Promu capitaine le 31 décembre 1955 et chef de bataillon le 31 décembre 1959. Période des indépendances : sert comme commandant dans la nouvelle armée de la fédération du Mali (Sénégal et Soudan ex-français. En 1960, c’est à ce titre qu’il commande le bataillon du Mali suite à l’intervention de l’ONU au Congo-Léopoldville ainsi qu’au Kivu et au Katanga. De 1962 à 1963, il exerce les fonctions de chef d’état-major général de l’Union africaine et malgache. Et de 1963 à 1966 comme attaché militaire du Sénégal à Paris. Carrière diplomatique : Ambassadeur de la République du Sénégal au Congo (1966-1970), en Italie et Yougoslavie (1970-1972), en Tunisie (1972-1973), en Autriche (1977- 1980). Pendant ces mêmes périodes, il est aussi nommé représentant permanent auprès de l’ONUDI et de l’Agence atomique de Vienne (1977-1980). Il a été conseiller interrégional de l’ONU à New York (1974-1977), membre de la mission des Nations Unies au Cambodge (1992-1993), membre de la mission des Nations Unies pour les élections en Afrique du Sud (1994).

    Claude Mademba-Sy devant son char Pantagruel

    Décorations et récompenses : Titulaire de la Croix de guerre (1939-1945) avec six citations (dont deux à l’ordre de l’Armée), dont une citation à l’ordre de la division (étoile d’argent), le 3 janvier 1945 : « Chef de char plein d’allant, très brillant depuis le débarquement. Le 31 octobre 1944 a eu son char attaqué par un canon anti-chars, l’a neutralisé par un tir précis de 12,7 ». 1954 : Croix de guerre des T.O.E. avec palme : citations à l’ordre de la division le 19 mars 1954 et de l’armée le 11 juin 1954. 1959 : Croix de la Valeur militaire avec palme et étoile de vermeil : citations à l’ordre de l’armée, le 2 août 1959 et du corps d’armée le 17 novembre 1959. Légion d’Honneur (chevalier le 13 juillet 1955, officier le 29 janvier 1963, commandeur en 1979, grand officier en 2012.) Grand-Croix de l’Ordre du Lion (Sénégal).

    Mémoire : Inhumé au Cimetière de Puybegon (Saint-Sigismond) (Tarn). Membre du Conseil national pour la défense des anciens combattants de l'Union française ou de la Communauté où il défend inlassablement le principe d’égalité pour les pensions militaires versées par la France. Dirigeant de la Fondation Maréchal Leclerc de Hauteclocque. La dénomination « allée Claude Mademba-Sy » a été attribuée par la ville de Paris à une allée du square Claude Nicolas Ledoux située 2, place Denfert Rochereau (14e arrondissement) en 2020.

    Sources

    SHD/CAPM, Pau : texte de citation (Croix de guerre 1939-1945). SHD, Vincennes : GR 2000 Z 205 02644 (dossier personnel). SHD, Vincennes : 16 P 382 284. SHD, Vincennes : 12 P 259 (JMO RMT 1944-1945).

     - Claude Mademba Sy

     Sa tombe au cimetière de Puybegon

    L'article publié par VERSAILLES MAGAZINE de juin 2012 (merci à FM-S)

     - Claude Mademba Sy : une allée à son nom

     - Claude Mademba Sy : une allée à son nom

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique