• - Le Poids public

    - Le Poids public

    AU BON TEMPS DE L'OCTROI ou du POIDS PUBLIC

    Le poids public a été constuit dans quasiment chaque ville et village de France. Son histoire est liée à un impôt de notre pays : l'octroi. Il consistait à taxer divers produits qui entraient dans les bourgs ou les agglomérations, en fonction de leurs poids. Il fallait donc peser, vin, bière, charbon, chaux, bestiaux de boucherie, poissons, minerais, huile, bois... A cet effet, durant le XIXème siècle, chaque municipalité fait bâtir à l'entrée de sa commune un petit édifice de plan carré ou hexagonal. Ce poids public, appelé aussi dans le jargon populaire, pont à bascule, dispose devant lui d'une plateforme de pesage. Ce tablier en fer accueille tous les véhicules à peser : charrettes, et plus tard, camions, voitures, wagonnets... Dessous, dans une fosse, un système complexe de leviers permet de peser le chargement. Le poids est directement affiché sur un cadran à l'intérieur de la construction. C'est un officier assermenté, le peseur, qui s'occupe de l'opération et délivre des bons de pesage. Il fait passer le véhicule en charge puis à vide, la différence donnant la quantité de marchandise livrée... Avec la suppression de l'octroi en 1943, les poids publics perdront petit à petit de leur importance. Ils seront cependant encore largement utilisés, en libre-service, par de nombreux corps de métiers : les vignerons pour peser leurs vendanges, les bûcherons, leurs stères de bois, les maçons, leur sable, etc... D'autres ponts à bascule seront même construits près des marchés ou des champs de foire pour estimer les animaux vendus, les cargaisons de fruits et de légumes... Toutes ces installations typiques deviendront obsolètes avec l'augmentation du tonnage transporté par les camions et l'installation de nouveaux engins de pesage dans les entreprises. Source : Le petit bâti - Sud de la France - Hubert Delobette.

    A Graulhet le Poids public se trouvait au centre de la place de la mairie, puis dans le batiment conjoint à la Mairie, ensuite au dessus du théron , plus tard près du Stade et aujourd'hui à côté de la déchetterie.

    Voici quelques cartes postales, photographies et rare documents sur le poids public....

    RARE

    RECU DU POIDS PUBLIC DE GRAULHET en 1926

    Au bon temps du Poids public.....

    Au bon temps du Poids public.....

    Au bon temps du Poids public.....

    L'octoi situé au centre de la Place

    Au bon temps du Poids public.....

    Au bon temps du Poids public.....

    Octroi collé au bâtiment de la mairie, transformé ensuite en bibliothèque et qui servit avant l'octroi de Commissariat !

    Au bon temps du Poids public.....

    On distingue sur la droite le poids  public

    Au bon temps du Poids public.....

    Plus tard au dessus du théron de la mairie

    Au bon temps du Poids public.....

    Lors de sa démolition....

    Au bon temps du Poids public.....


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    papimougeot
    Vendredi 15 Novembre 2013 à 20:48

    Au-dessus du théron, le devant du poid public, servit durant de longues années, de lieu de rendez-vous avant 14 heures,  des  "fadas"  du Sporting qui refaisaient les matches ou préparaient le suivant !

    Ces réunions donnaient lieu, en tout bien, tout honneur, à des empoignades "pagnolesques" ...

     

     

     

     

    2
    pelissier
    Lundi 9 Février 2015 à 10:38

    des photos tres emouvantes pour moi car c'est mon pere Pelissier Leo qui s'occupais de l'octroi qui fut part la suite  deplace au stade pendant de nombreuses annees  i .Merci pour ces souvenirs   

    3
    Lundi 9 Février 2015 à 10:49

    Merci pour votre commentaire

    Effectivement je comprends le côté émouvant de ces documents

    Si de votre côté vous avez des photos de votre papa à l'octroi ou des documents je suis preneur (par scan) . Vous pouvez me contacter  : francois.mazens@orange.fr

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :