• - La quille d'En Gach

    Un internaute m'a contacté pour savoir si je connaissais la signification du petit monument situé en bordure de la rocade. J'ai interrogé notre "historien" local Henry MANAVIT qui m'a transmis la réponse à travers ce texte déjà publié dans ARC-EN-CIEL n°126. Comme il l'écrit justement la quête interrogative reste ouverte et comme lui, je vous demande d'y participer. N'hésitez pas à le contacter ou à me laisser un message. Merci à Henry MANAVIT, à l'équipe d'ARC-EN-CIEL et à Line MAZENS pour les photos.

    -------------------------

    L'ÉTONNANTE « QUILLE » D'EN GACH

    par Henry MANAVIT

    L'étonnante quille d'En Gach -  Un article d'Henry MANAVIT

    La photographie illustrant la couverture du 125eme numéro d'Arc-En-Ciel a ravivé notre curiosité et suscité des interrogations. En bordure de la rocade, l'étonnante quille intrigue les usagers qui empruntent tant ils sont nombreux, l'itinéraire de la voie de contournement de la ville.
    Ce petit monument, élément architectural original existait déjà au temps des illustres propriétaires bourgeois Gazaniol (ancien maire), Burguère (ancien maire) qui entretenait une imposante meute de chiens de chasse lâchés en forêt de Grésigne et plus près de nous, par les Boyer, derniers propriétaires industriels.
    Il s'inscrit toujours, insolite, dans une certaine beauté en frange de la ville nouvelle.

    L'étonnante quille d'En Gach -  Un article d'Henry MANAVIT

    Ce n'est pas pour rien qu'il a été équipé de belles pierres, sur une veine d'eau à usage de puits. De forme circulaire, comme une seringue, en dehors de l'ouverture principale avec margelle du puits, le corps est percé de plusieurs autres ouvertures verticales. A une certaine hauteur il est ceinturé d'une couronne circulaire sur laquelle se plaisent toujours les pigeons.
    Ces fentes de jour et d'aération, ne sont pas percées comme passage des colombins. Il n'y a pas de plancher séparant et préservant dessous l'eau du puits. L'espace supérieur n'est pas suffisant pour accrocher des boulins (nids) aux murs. Ce ne saurait être un colombier. Du reste, la grande surface de la propriété était et demeure dotée d'un magnifique pigeonnier remplissant cet office, comme il convenait.
    Mais ce monument, en forme de seringue s'achève au bout du chapeau pyramidal, flanqué d'un paratonnerre. Cela pouvait être sa vocation principale voire essentielle, protégeant l'ensemble voisin des bâtiments agricoles.
    Cependant les amoureux des vieilles pierres, le qualifient de « lanterne des morts ». Hypothèse ou aussi réalité ? Effectivement ce genre de construction typique ponctue la campagne de proches régions.
    Dans ce cas, dans les grandes familles possédant de vastes domaines, par ces « lanternes des morts », certains propriétaires préparaient leur fin dernière. En leur testament ils laissaient le soin à leurs héritiers, d'allumer à leur décès une lanterne, pendant la première neuvaine de dévotion, et de renouveler cette obligation au bout de l'an (al cap de l'an) qui achevait le deuil.
    L'étrange «aiguille» d'En Gach entrait-elle dans de telles dispositions? était-elle seulement un puits et un paratonnerre ? Avec sa particularité patrimoniale, il se doit d'être protégé et conservé par un périmètre sensible autour de lui.

    L'étonnante quille d'En Gach -  Un article d'Henry MANAVIT


    Pour autant la quête interrogative reste ouverte et les Graulhétois sont invités à y participer. En tous cas nous livrer les souvenirs qu'ils rattachent à ce petit monument, avant que de probables annexions qui rongent l'espace environnant, ne le dissimulent bientôt à notre regard.

    © HENRY MANAVITet ARC-EN-CIEL - PHOTOS LINE MAZENS


    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    mougeot4
    Mercredi 27 Mars 2013 à 22:14

    Nos édiles actuels sont-ils  vraiment sensibles à la préservation du patrimoine graulhétois, en général ?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :