• - Marcel Batigne

    - Marcel Batigne

     « Le rugby français est, selon moi, une affaire de dirigeants. Tant qu’il se trouvera des gens compétents et dévoués pour sacrifier leur temps et leur argent, des hommes de la classe et de la qualité de ceux qui œuvrent actuellement, il n’y aura pas de souci à se faire pour l’avenir de notre jeu ».

    (Marcel Batigne, Miroir du rugby, n° 70, mai 1967)
     
    - Marcel Batigne


    Nouvelle personnalité à intégrer le panthéon graulhétois de Mémoires de Graulhet  : Marcel BATIGNE .
    Né avenue Victor Hugo à Graulhet le 5 septembre 1911, Marcel BATIGNE jouera au rugby en 2° et 3° ligne et champion de France promotion en 1937.

    MARCEL BATIGNE (entouré) JOUEUR au SCG dans les années 30

    - Marcel Batigne

     Équipes du SCG

    - Marcel Batigne

    Il s'impose ensuite à la présidence des Amis du Sporting puis à celle du club. De 1954-1955 à 1970-71 il dirige le club comme on dit " d'une main de fer dans un gant de velours". Une majorité de graulhétois gardent le souvenir des fonctions exercées au sein de l'association nationale : La Fédération Française de Rugby ( FFR) . En effet le 3 décembre 1966 au terme du Congrès de Clermont-Ferrand  Marcel Batigne prend la tête de cette prestigieuse association en remplacement de Jean Debert. En 1968 il laissera la place à Albert Ferrasse. Marcel Batigne intégrera alors la FIRA (Fédération internationale de rugby amateur - devenue en 2014 Rugby Europe) jusqu'en 1989.

    En 1971 il reçoit les insignes d'officier de la Légion d'honneur, à cette occasion Louis Montels lui écrira un émouvant poème que vous pourrez lire plus bas sur cette page ainsi qu'un texte hommage lors de son décès.

    Marcel Batigne nous quitte le 6 avril 1990, à l'âge de 78 ans. Une stèle sur le Stade Noël Pélissou lui est dédiée ainsi qu'un tournoi de jeunes.
    Une vie si riche que je vous propose de retrouver à travers quelques photos et documents mais tout d'abord pour bien commencer un article spécialement écrit pour le blog par Gérard DURAND, ancien pilier de l'équipe graulhétoise.

    L'ARTICLE DE GÉRARD DURAND

    Un monolithe à la mesure du personnage.

    C’est un monolithe à la mesure du personnage. Aussi discret dans le paysage du Stade jadis de Crins, qu’a été omniprésent dans l’épopée du rugby graulhétois durant quarante ans, celui à qui il rend hommage : Marcel Batigne. Un lourd menhir de trois tonnes et demie de granit du Sidobre, désormais anonyme, mais qui voit encore symboliquement aujourd’hui entre deux rotations de l’arrêt de bus tout proche, passer tête haute les joueurs et supporters les jours de victoire, et profil bas les dimanches de défaite.
    Cet homme a pesé par son imposante stature et par son caractère trempé sur le rugby local, régional, national et international. Qui plus que ce graulhétois historique, mégissier et président de club en même temps peut résumer en un portrait la symbiose d'une fonction et d'une profession au bénéfice d'un sport et d'une ville ?, avec cette capacité d’avancer des idées, de les accompagner jusqu’à leur accomplissement, de « lire à travers les hommes » et les faire se transcender qui reste l’apanage des grands dirigeants de ce sport. Ne l’a-t-on pas raconté, un dimanche des années 70 « tomber le chapeau » dans les tribunes officielles pour sonner l’heure de la rébellion à André Abadie et ses rudes partenaires face à des landais trop entreprenants ? Le pilier international se disait et se dit d’ailleurs encore le parfait et indéfectible entrepreneur des décisions de Marcel Batigne, comme Jean Claude Baqué, l’ancien 3e ligne et président de la Fira le cite ad-vitam-aeternam comme son père spirituel. L’homme a marqué les époques, et les esprits le jour où il a pris, sur un coup de force, la présidence de la Fédération et mis Graulhet en phonétique dans les récits des journalistes de l’époque. Les générations se sont succédées, le respect pour le président au pardessus en cuir est resté le même.
    J’ai eu le privilège d’assister à un de ses fameux coups de gueule, de ses recadrages dont l’âge n’avait pas freiné l’ardeur. Des paroles fortes, destinées à une équipe qui avait mal débuté sa saison, mollement répondu aux défis. L’ultime point d’exclamation était un point final à la diatribe, que personne n’osait interrompre, même pas commenter. Chacun savait à quoi s’en tenir, tellement les propos avaient su mettre joueurs, entraîneurs et dirigeants devant leurs responsabilités, les esprits égarés à leur place. Cet homme, visionnaire, savait aussi manier l’affectif. Il s’était pris de sympathie pour Vincent Moscato, version bad-boy à son arrivée au Sporting. Lors de ses ultimes venues au stade il avait plusieurs fois croisé le jeune gaillacois, à la longue crinière et lancé à chaque fois ; « tant que tu n’auras pas été chez le coiffeur tu ne seras pas international » avant de lancer à la cantonade ; « quel artiste ce Moscato ! ». Lui prédisant sûrement cette carrière de haute volée, autant sur les stades que sur les planches et dans les salles, que lui-même aura connu, mais dans un tout autre registre.


    Gérard DURAND

     

     LES PHOTOS

    - Marcel Batigne

    En 1966 Marcel BATIGNE élu à la Présidence de la FFR

     

    - Marcel Batigne

    En 1971 remise des insignes d'Officier de la Légion d'Honneur

     

    - Marcel Batigne

    Andrieu, Marcel Batigne et André PAUTHE
    le trio mythique

     

    - Marcel Batigne

    Marcel BATIGNE, l'Abbé Pistre et Albert FERRASSE
    © photo André CROSP

     

    - Marcel Batigne

    Lors d'un Tournoi organisé en TUNISIE

     

    - Marcel Batigne

    Lors d'un Tournoi organisé en TUNISIE

     

    - Marcel Batigne

    Marcel BATIGNE et Albert FERRASSE

     

    - Marcel Batigne

     

    - Marcel Batigne

    Lors d'une réunion....

     

    - Marcel Batigne

    Comité exécutif de la FIRA

     

    - Marcel Batigne

     Marcel BATIGNE et Albert FERRASSE

     

    - Marcel Batigne

    On peut reconnaître...

    Henri ARGELES, maire de Graulhet, Guy LAPORTE, Marcel BATIGNE, Daniel REVAILLIER...

     

    LES DOCUMENTS

    - Marcel Batigne

    - Marcel Batigne

     ENSUITE...

    - Marcel Batigne

    Menus du Tournoi Marcel BATIGNE

    - Marcel Batigne

     

    Extrait de LA PLAQUETTE DES 70 ANS DU
    SPORTING CLUB GRAULHETOIS

    - Marcel Batigne

    Le texte hommage de Louis MONTELS lors du décès de Marcel BATIGNE
    Il s'agit du poème remanié pour cette occasion.

    - Marcel Batigne

    26 mars 1991
    INAUGURATION
    DE LA STÈLE MARCEL BATIGNE

    - Marcel Batigne

    - Marcel Batigne

    Un merci particulier à Madame GAU et à Monsieur Gérard DURAND


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Papi Mougeot
    Mardi 26 Décembre 2017 à 18:24

    Marcel Batigne vient à point nommé (notre Sporting a besoin d'un stimulant) s'installer dans le Panthéon graulhétois, grâce aux vertus de ce blog et à son auteur.  Parodiant André Malraux accueillant Jean Moulin,  on a envie d'entendre : "entre ici Marcel,  à la place d'honneur auprès de tes concitoyens que tu représenta brillamment dans les plus hautes fonctions du sport roi, nationales et internationales." 

    Que d'heureux souvenirs magnifiquement illustrés,  pour les anciens graulhétois dont je suis  encore ... et aussi pour les plus "jeunes" auxquels  l'histoire, grâce à lui, mérite d'être contée !

     

    2
    Mardi 26 Décembre 2017 à 22:24

    Merci pour votre commentaire ! Quel plaisir de vous lire !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :