• - Albert FABRE : le phénomène tarnais

    EN EXCLUSIVITE A GRAULHET
    le

    DIMANCHE 9 MARS 1913
    à la mairie

    EXHIBITION du phénomène tarnais

    ALBERT FABRE

    4 ans - 1 m 36 - 37 kilos

    né en 1908 près de Brousse à Mellet

    PHENOMENE HUMAIN TARNAIS : Albert FABRE : les cartes inédites

     l'annonce publiée dans l'ECHO DU DADOU du 9 mars 1913

    les rares cartes postales de ce phénomène humain tarnais

    ... Autres cartes de personnages tarnais ...


    MAMOUILLE de Castres

    Louis CAUQUIL dit Mamouille  (1840-1906) de petite taille etait vendeur de journaux. Il ressemblait à un mendiant, se lavait peu, portait des vêtements offerts et toujours une casquette.Il fut un type de la rue très populaire à Castres, dix cartes postales lui sont consacrées.

    PHENOMENE HUMAIN TARNAIS : Albert FABRE : les cartes inédites

    LE TERRRRRRRRRRRRRRRRIBLE DE PENNE

    PHENOMENE HUMAIN TARNAIS : Albert FABRE : les cartes inédites

     

    «Alexandre Viguier (1835-1911) était au départ agriculteur et géomètre. Connaissant le Code pénal, le Code civil et la Bible par cœur, il jouait au conseiller juridique, assistant les gens devant les tribunaux, les notaires. Il a réussi à résoudre des tas d’affaires. On a commencé à dire qu’il était terrible pour ça, d’où son surnom. La seconde partie de sa vie vaudra la célébrité au Terrible de Pena (en occitan). Il s’est laissé pousser la barbe et est devenu une sorte de tribun politique. Aux législatives de 1893, il obtint 242 voix face à Jaurès en se présentant comme «candidat régénérateur de l’humanité en souffrance». «Il rédigeait des brochures comme des jugements débutant par : Attendu que… Derrière ce jargon juridique, il avait des idées très modernes, très en avance sur son temps et toujours d’actualité. Il était pour le désarmement, la paix et un système politique où les électeurs pourraient s’ils ne sont pas contents d’eux renvoyer chaque année les gouvernants, qui ne seraient pas plus payés qu’un petit fonctionnaire pour rabattre leur arrogance». Lors de la visite du tsar Nicolas II le 6 octobre 1896, le Terrible part à Paris pour lui demander d’abolir l’esclavage en Russie et est interné à Sainte-Anne dès sa descente du train, avant d’être reconnu «non fou» et libéré. Ce politicien marginal se promenait avec une lanterne censée «éclairer la justice, la nation et le monde».

     .


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :