• - Meilleurs voeux 2018 !


    votre commentaire
  • - Marcel Batigne

     « Le rugby français est, selon moi, une affaire de dirigeants. Tant qu’il se trouvera des gens compétents et dévoués pour sacrifier leur temps et leur argent, des hommes de la classe et de la qualité de ceux qui œuvrent actuellement, il n’y aura pas de souci à se faire pour l’avenir de notre jeu ».

    (Marcel Batigne, Miroir du rugby, n° 70, mai 1967)
     
    - Marcel Batigne


    Nouvelle personnalité à intégrer le panthéon graulhétois de Mémoires de Graulhet  : Marcel BATIGNE .
    Né avenue Victor Hugo à Graulhet le 5 septembre 1911, Marcel BATIGNE jouera au rugby en 2° et 3° ligne et champion de France promotion en 1937.

    MARCEL BATIGNE (entouré) JOUEUR au SCG dans les années 30

    - Marcel Batigne

     Équipes du SCG

    - Marcel Batigne

    Il s'impose ensuite à la présidence des Amis du Sporting puis à celle du club. De 1954-1955 à 1970-71 il dirige le club comme on dit " d'une main de fer dans un gant de velours". Une majorité de graulhétois gardent le souvenir des fonctions exercées au sein de l'association nationale : La Fédération Française de Rugby ( FFR) . En effet le 3 décembre 1966 au terme du Congrès de Clermont-Ferrand  Marcel Batigne prend la tête de cette prestigieuse association en remplacement de Jean Debert. En 1968 il laissera la place à Albert Ferrasse. Marcel Batigne intégrera alors la FIRA (Fédération internationale de rugby amateur - devenue en 2014 Rugby Europe) jusqu'en 1989.

    En 1971 il reçoit les insignes d'officier de la Légion d'honneur, à cette occasion Louis Montels lui écrira un émouvant poème que vous pourrez lire plus bas sur cette page ainsi qu'un texte hommage lors de son décès.

    Marcel Batigne nous quitte le 6 avril 1990, à l'âge de 78 ans. Une stèle sur le Stade Noël Pélissou lui est dédiée ainsi qu'un tournoi de jeunes.
    Une vie si riche que je vous propose de retrouver à travers quelques photos et documents mais tout d'abord pour bien commencer un article spécialement écrit pour le blog par Gérard DURAND, ancien pilier de l'équipe graulhétoise.

    L'ARTICLE DE GÉRARD DURAND

    Un monolithe à la mesure du personnage.

    C’est un monolithe à la mesure du personnage. Aussi discret dans le paysage du Stade jadis de Crins, qu’a été omniprésent dans l’épopée du rugby graulhétois durant quarante ans, celui à qui il rend hommage : Marcel Batigne. Un lourd menhir de trois tonnes et demie de granit du Sidobre, désormais anonyme, mais qui voit encore symboliquement aujourd’hui entre deux rotations de l’arrêt de bus tout proche, passer tête haute les joueurs et supporters les jours de victoire, et profil bas les dimanches de défaite.
    Cet homme a pesé par son imposante stature et par son caractère trempé sur le rugby local, régional, national et international. Qui plus que ce graulhétois historique, mégissier et président de club en même temps peut résumer en un portrait la symbiose d'une fonction et d'une profession au bénéfice d'un sport et d'une ville ?, avec cette capacité d’avancer des idées, de les accompagner jusqu’à leur accomplissement, de « lire à travers les hommes » et les faire se transcender qui reste l’apanage des grands dirigeants de ce sport. Ne l’a-t-on pas raconté, un dimanche des années 70 « tomber le chapeau » dans les tribunes officielles pour sonner l’heure de la rébellion à André Abadie et ses rudes partenaires face à des landais trop entreprenants ? Le pilier international se disait et se dit d’ailleurs encore le parfait et indéfectible entrepreneur des décisions de Marcel Batigne, comme Jean Claude Baqué, l’ancien 3e ligne et président de la Fira le cite ad-vitam-aeternam comme son père spirituel. L’homme a marqué les époques, et les esprits le jour où il a pris, sur un coup de force, la présidence de la Fédération et mis Graulhet en phonétique dans les récits des journalistes de l’époque. Les générations se sont succédées, le respect pour le président au pardessus en cuir est resté le même.
    J’ai eu le privilège d’assister à un de ses fameux coups de gueule, de ses recadrages dont l’âge n’avait pas freiné l’ardeur. Des paroles fortes, destinées à une équipe qui avait mal débuté sa saison, mollement répondu aux défis. L’ultime point d’exclamation était un point final à la diatribe, que personne n’osait interrompre, même pas commenter. Chacun savait à quoi s’en tenir, tellement les propos avaient su mettre joueurs, entraîneurs et dirigeants devant leurs responsabilités, les esprits égarés à leur place. Cet homme, visionnaire, savait aussi manier l’affectif. Il s’était pris de sympathie pour Vincent Moscato, version bad-boy à son arrivée au Sporting. Lors de ses ultimes venues au stade il avait plusieurs fois croisé le jeune gaillacois, à la longue crinière et lancé à chaque fois ; « tant que tu n’auras pas été chez le coiffeur tu ne seras pas international » avant de lancer à la cantonade ; « quel artiste ce Moscato ! ». Lui prédisant sûrement cette carrière de haute volée, autant sur les stades que sur les planches et dans les salles, que lui-même aura connu, mais dans un tout autre registre.


    Gérard DURAND

     

     LES PHOTOS

    - Marcel Batigne

    En 1966 Marcel BATIGNE élu à la Présidence de la FFR

     

    - Marcel Batigne

    En 1971 remise des insignes d'Officier de la Légion d'Honneur

     

    - Marcel Batigne

    Andrieu, Marcel Batigne et André PAUTHE
    le trio mythique

     

    - Marcel Batigne

    Marcel BATIGNE, l'Abbé Pistre et Albert FERRASSE
    © photo André CROSP

     

    - Marcel Batigne

    Lors d'un Tournoi organisé en TUNISIE

     

    - Marcel Batigne

    Lors d'un Tournoi organisé en TUNISIE

     

    - Marcel Batigne

    Marcel BATIGNE et Albert FERRASSE

     

    - Marcel Batigne

     

    - Marcel Batigne

    Lors d'une réunion....

     

    - Marcel Batigne

    Comité exécutif de la FIRA

     

    - Marcel Batigne

     Marcel BATIGNE et Albert FERRASSE

     

    - Marcel Batigne

    On peut reconnaître...

    Henri ARGELES, maire de Graulhet, Guy LAPORTE, Marcel BATIGNE, Daniel REVAILLIER...

     

    LES DOCUMENTS

    - Marcel Batigne

    - Marcel Batigne

     ENSUITE...

    - Marcel Batigne

    Menus du Tournoi Marcel BATIGNE

    - Marcel Batigne

     

    Extrait de LA PLAQUETTE DES 70 ANS DU
    SPORTING CLUB GRAULHETOIS

    - Marcel Batigne

    Le texte hommage de Louis MONTELS lors du décès de Marcel BATIGNE
    Il s'agit du poème remanié pour cette occasion.

    - Marcel Batigne

    26 mars 1991
    INAUGURATION
    DE LA STÈLE MARCEL BATIGNE

    - Marcel Batigne

    - Marcel Batigne

    Un merci particulier à Madame GAU et à Monsieur Gérard DURAND


    2 commentaires
  • Souvenirs, souvenirs...
    Le Rallye Paris-Dakar est passé par Graulhet le 29/12/2001

    Johnny HALLYDAY à Graulhet le 29 décembre 2001 !

    Article publié dans la Dépêche le 28 décembre 2001 : Les routes du Tarn avant le désert

    Dakar - TARN : Graulhet sera demain un point de passage du rallye Paris-Dakar

     

     - Johnny HALLYDAY était à Graulhet le 29 décembre 2001 !

     

    Froid et verglas, le Tarn et Graulhet s'apprêtent à accueillir, demain, « les rois du désert » dans des conditions dignes du Monte-Carlo.

    Ah les spéciales nocturnes du Burzet en Haute-Ardèche, sous la neige, c'était quelque chose. Les images reviennent en accélérées: Darniche sur sa Lancia Stratos, Ari Vatanen au volant de la fameuse 205 ou encore Jean Ragnotti sur sa Super 5 dans des dérapages contrôlés. Que du bonheur! Le grand frisson de la vitesse faisait oublier les températures nettement en dessous de zéro. Ce samedi, le mercure ne devrait pas atteindre des valeurs négatives. On annonce même un peu de pluie. Souhaitons qu'elle ne soit pas verglaçante comme celle de mercredi matin qui a paralysé Graulhet et le Tarn.

    Ce samedi, pour la première fois, la cité du cuir sera un point de passage du Dakar.

    On le sait, l'épreuve devait initialement passer par Toulouse. Mais, depuis l'explosion de l'usine AZF, appartenant à Total, partenaire de l'épreuve, un itinéraire de remplacement a été tracé par les organisateurs du rallye- raid.

    L'épreuve part d'Arras aujourd'hui en direction de Chateauroux. Samedi, la deuxième étape conduit donc les concurrents de Chateauroux à Narbonne après une courte spéciale de 6 km sur le site du parc d'activités de la Croisière, à La Souterraine. La caravane du Dakar (170 motos, 120 voitures, 35 camions et 120 véhicules d'assistance), effectue ensuite un point de contrôle à Brive, puis descend vers la Méditerranée, en traversant Graulhet puis ils passent à Revel, où est prévu un nouveau point de contrôle, avant de rejoindre l'Aude. Le lendemain, une spéciale est prévue sur le circuit du château Lastours à côté de Narbonne.

    « IMPRESSIONNANT »

    « J'ai déjà assisté à une spéciale au château Lastours. C'était vraiment sympa et impressionnant. Pas seulement les passages sur le circuit mais la préparation des véhicules... Les motos et les camions ont vraiment beaucoup de mérite » confie Max Bénazech du club graulhétois Auto sport passion. Le pilote amateur graulhétois ne va pas manquer le passage du Dakar dans sa ville. « J'aime observer les véhicules... C'est dommage, on ne pourra pas les apprécier en évolution. Juste les voir passer. Ce sera rapide... C'est une bonne chose pour la ville. Cela permet de découvrir le sport mécanique sous une autre forme ».

    Le public est attendu nombreux dans la cité du cuir pour voir passer les bolides et apercevoir les vedettes. Johnny portera le n° 245, Luc Alphand le 216, Richard Sainct le 6, Isabelle Patissier, le 291, Stéphane Péterhansel le 208, Bruno saby le 209, Jutta Kleinschmidt, la gagnante de l'an dernier le 200, etc. Et Pierre Paillas, l'enfant du pays, le 81. Le motard de Milhars participe à son premier Dakar sur une Yamaha 660 XDTX. Nul doute que ses fans et amis l'accompagneront sur le parcours de cette deuxième étape.

    Th. J.


    Où les voir?

    Les concurrents du Paris- Dakar arrivent dans le Tarn par Saint-Martin-Laguépie (RD922), puis suivent l'itinéraire suivant: Gaillac (RD988)- Marssac (RD964)- Graulhet - Saint- Paul-Cap-De-Joux (RD84)- Puylaurens (RN126) - Saint- Germain des Prés (RD84) - Blanc (RD84) et RD 74) - Saint-Félix de Lauragais (RD622).

    Rappelons que les concurrents, dans cette épreuve de liaison, doivent respecter le code de la route. La seule ville traversée est Graulhet. Les premiers concurrents y sont annoncés vers 15 h 10. La municipalité et les services de police ont mis une attention particulière pour accueillir le passage de cette épreuve populaire dans les meilleures conditions: de sécurité et de confort des spectateurs. Les véhicules traverseront Graulhet de la manière suivante: boulevard Albigot, avenue du Stade, place du Jourdain, avenue Gambetta, carrefour Saint- Projet, puis route de Saint- Paul.

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    La Dépêche du Midi


    1 commentaire
  •  - Soeur Saint-François - Soeur Mitraillette !

     - Soeur saint-François

    S’intéresser à la personne de la Sœur Saint-François, nouvelle personnalité à intégrer le panthéon des illustres graulhétois sur ce blog, c'est rentrer de plein pied dans autre monde, une autre époque, une époque héroïque ! De Toulouse à Bordeaux, de François Mauriac aux maquis tarnais, des USA à la Rue Pasteur à Graulhet ...la Sœur Saint-François n'est pas une femme comme les autres !

    - Soeur saint-François- Soeur Saint-François

    NAISSANCE à TOULOUSE - ADOLESCENCE à BORDEAUX CHEZ LES MAURIAC !

    Celle qui deviendra en religion Sœur Saint-François est née Marie-Louise Murat à Toulouse le 13 juin 1899 d'une mère célibataire Uranie Louise Murat qui l'a reconnue, une mère modeste immigrée espagnole. L'avenir de Marie-Louise s'annonce difficile, c'est pourquoi sa mère l'envoie dans une famille bourgeoise à Bordeaux chez le Docteur Pierre Mauriac, frère du célèbre écrivain François Mauriac. Marie-Louise grandit à Malagar, leur propriété bordelaise, accompagne souvent l'illustre académicien à la messe dominicale, s'occupe des enfants de chacun. François Mauriac entend Marie-Louise vouloir devenir infirmière. Il pense la confier à la Communauté des Sœurs de Saint-Vincent de Paul, compagnie de soignantes, qui ont un idéal de religieuses mais sont exemptées de tout ce qui faisait alors les conditions de la vie religieuse : la clôture, le voile, les vœux solennels mais dans les années 1920 le recrutement est saturé, s'offre alors la voie des sœurs de Massac-Séran et la congrégation des " Pauvres Filles de Jésus". Marie-Louise passe une adolescence baignée dans un milieu imprégné de religion : François Mauriac a décidé d'être un écrivain catholique et pense que l'éducation des jeunes filles passe par le couvent, il agit avec Marie-Louise comme il le ferait pour sa fille c'est pourquoi Marie-Louise Murat va devenir Sœur Saint François de la congrégation des " Pauvres Filles de Jésus" François Mauriac son parrain spirituel.

    L’ENTRÉE EN RELIGION

    - Soeur saint-François

    Marie-Louise entre à la congrégation de Massac en 1922, le 7 septembre 1931 elle prononce ses vœux définitifs. A partir de 1923 son diplôme d’État d’infirmière en poche elle débute à la clinique Jaur à Albi pour rejoindre un an après la clinique Pasteur à Perpignan où elle reste six ans. De 1930 à 1932 ce sera à Port Bou puis Béziers à la clinique Pasteur. En 1934 elle rejoint Sœur Sophie et Sœur Timothée à l'Hospice de Graulhet, qui influenceront d'une manière indéniable l’œuvre de charité chrétienne à laquelle se vouera Sœur Saint-François. L'Hospice devient son lieu de vie.

    A L'HOSPICE DE GRAULHET

    Sœur Sophie est née Élisabeth Marfaing le 16 juillet 1851 à Gestiés dans l'Ariège, c'est dans un orphelinat de Perpignan qu'elle débute, en 1874 elle est déléguée à Graulhet en qualité d'adjointe à la directrice avant d'occuper elle-même cette responsabilité. Son dévouement est total pendant l'épidémie de la petit vérole en 1889, pendant la grande grève de 1909-1910 et surtout pendant la guerre de 14-18. Elle sera récompensée par la médaille de bronze pour services rendus à l'Assistance publique. Sœur Sophie décède en 1937, ses obsèques ont lieu le 27 janvier 1937 au Cimetière Saint-Roch.
    Sœur Timothée est la propre sœur de Sœur Sophie, née Philomène
    Marfaing le 9 janvier 1864 à Gestiés, elle rejoint l'Hospice de Graulhet en 1882 pour y devenir supérieure également. Elle décédera le 24 novembre 1953. Quant à la Sœur Saint-François toute sa vie elle œuvrera pour les nécessiteux, octroyant soins et conseils, n'hésitant pas à bousculer par ses façons les règles établies en allant par exemple quêter au domicile des riches pour aider au soin. Elle assiste les malades jusqu'au bout comme Monsieur Elie Théophile maire de Graulhet.

    HÉROÏNE DE LA RÉSISTANCE TARNAISE

    En 1940 Sœur Saint-François est directrice de l'Hospice graulhétois, une nouvelle équipe municipale a été mise en place par l’État français : Jean Imart est le nouveau maire. Comme partout en France la situation est difficile, certains vont prendre le maquis et d'autres (la majorité) vont continuer leur vie normale en luttant secrètement et dans la clandestinité, en aidant les maquisards dans leur lutte quotidienne : Sœur Saint-François en fait partie. Dès 1940 la Sœur transporte des plis relatifs au camouflage d'armes et de munitions récupérés lors de la démobilisation des troupes, elle entre en contact avec Jean Roux de Mazamet un des chefs de la Résistance du Sud du Tarn. Vers la même époque elle est en relation avec Fernand Farssac adjoint à Lautrec. Elle transmet des plis et remet de fausses pièces d'identités, transporte des armes, des munitions, ravitaille les maquisards ....A partir de novembre 1942 elle entre en Résistance, elle passe donc dans la clandestinité et devient un agent de liaison, elle a eu plusieurs fois à accomplir des liaisons difficiles entre divers maquis et notamment les maquis Tout-Y-Va de Fernand Farssac, le groupe Vendôme du Colonel Pierre Vandeven , le réseau américain Mission Jean, le maquis graulhétois Lulu des groupes Vény avec pour chefs le lieutenant Lucien Pélissou et le commandant Naudy. A la Libération elle obtiendra le certificat d'appartenance aux Forces Françaises de l'Intérieur. La Sœur Saint-François participera pendant ces sombres années à un nombre important d'opérations souvent périlleuses, en risquant sa vie à de nombreuses reprises. Son statut de religieuse et son ample robe de bure lui facilitaient sa tâche d'agent de liaison. Elle y transporta même en pièces détachées une mitraillette. On la surnommera Sœur Mitraillette !

    Extrait de Notes et Mémoires de guerre de Fernand FARSSAC dit Toutyva (document rédigé par Gérad Farssac fils de Fernand Farssac qui résume l'action de son père entre 1940 et 1944)

    - Soeur Saint-François

    © Notes et mémoires de guerre -  ajl.celeonet.fr/docs/Farsactexte.doc
    Disponible sur internet ( merci)

    A la fin de la guerre en 1946, elle part aux USA retrouver un maquisard qui faisait partie du maquis graulhétois (le sergent André Boulet) mourant pour le rapatrier, mais il meurt quelques semaines après son retour en France. La presse nationale s’intéresse à cet événement et Sœur Saint-François fait la une du journal Soir Express qui titre : Le voyage de la petite sœur, 9000 km pour sauver un malade. Cette action dérange les autorités religieuses.

    - Soeur saint-François

    EXCLUSION DE SON ORDRE ET INSTALLATION RUE PASTEUR

    Ses activités para religieuses furent mal vues pendant la guerre et même ensuite, en effet la première des règles de la communauté religieuse est l’obéissance et souvent Sœur Saint François a passé outre, en s'exposant, en étant agent de liaison, son voyage aux USA ...En 1946 elle est exclue de son ordre religieux, elle quitte l'Hospice et part s'installer au 20 rue Pasteur sans pour autant quitter l'habit ! Son franc-parler, sa détermination ne correspondaient pas à l'image que l'on se fait d'une religieuse mais ses actes ont montré à beaucoup le chemin du devoir et de l'honneur.

    LES HONNEURS ET RÉCOMPENSES

    Malgré tout,  la reconnaissance arrive en 1947 avec la citation à l'ordre du corps d'armée, l'obtention de la Croix de Guerre avec étoile vermeil et de la Médaille de la Résistance. Le 17 mars 1949 elle fut reçue dans le premier Ordre National à Toulouse , promue au grade de Chevalier de la Légion d'Honneur avec attribution de la Croix de Guerre avec palme. En 1950 elle reçoit le diplôme d'honneur de la Résistance. En 1970 l'Italie lui remet le diplôme de la Formation Militaire italienne Lazzarini ainsi que la médaille qui s'y rattache pour services rendus (hébergements et convoyages d'agents alliés). Enfin en 1971 elle est faite Officier de la Légion d'Honneur  à Graulhet par Monsieur Gaston Vedel Compagnon de la Libération et maire de Saint-Paul-Cap-de-Joux. L'action de la Sœur Saint-François est désormais reconnue au niveau national.

    - Soeur saint-François

    - Soeur saint-François

    - Soeur saint-François

     

    MANIFESTATIONS DU SOUVENIR - INFIRMIÈRE LIBÉRALE

    Pendant les années 60 et 70 Sœur Saint-François participera à de nombreuses manifestations du souvenir comme l'inauguration de la Place Jean Moulin (voir article ici )à Graulhet dont elle est à l'initiative, des expositions à Albi, Graulhet.
    Ne pouvant plus exercer à l’hôpital hospice de Graulhet elle s'installe au 20 rue Pasteur et devient infirmière libérale et continue à soigner la population graulhétoise, en aidant ensuite les populations immigrées dans les années 60 et 70.

    LA FIN DE SA VIE

    En 1979 trop fatiguée par cette vie de dévouement, elle est placée à l'hospice à qui elle a tant donné. Les représentants de l’Église et sa congrégation sur l'intervention de Gaston Vedel, Compagnon de la Libération "l'amnistie ". Dans la nuit du 12 au 13 avril 1982 la Sœur Saint-François décède. Elle sera inhumée au cimetière Saint-Roch dans le caveau des religieuses, son cercueil recouvert du drap de la Légion d'Honneur et des différentes décorations. En 1982 la rue de l'Hospice devient la rue Sœur Saint-François.

    - Soeur Saint-François -Soeur Mitraillette !

    la plaque au Cimetière Saint-Roch

    - Soeur saint-François

    - Soeur saint-François

    PRÉCISIONS - REMERCIEMENTS

    Le mémoire de maîtrise de Lalanne Émilie - que je remercie  - m'a permis amplement de retracer la vie de Sœur Saint-François (il s'agit d'un résumé de cette vie si remplie).

    François Mazens

    - Soeur saint-François

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique