• - De Graulhet à Aubrac !

    MÉMOIRES DE GRAULHET est heureux de vous présenter
    le livre d'un graulhétois Jacques LARRUE

    LA CUISINE DE MA GRAND-MÈRE, DE MA MÈRE et AUBRAC-SUR-MER *

    Passionné de rugby, journaliste sportif, restaurateur à Toulon, un parcours atypique qu'il nous fait découvrir à travers ce texte écrit spécialement pour ce blog ! 

     - De Graulhet à Aubrac !

     - De Graulhet à Aubrac !

    Jacques LARRUE

     

    Je suis  né à Graulhet le 9 aout 1958. J’ai grandi dans le quartier de La Vernière, près de l’avenue Beauséjour et non loin de la Place Neuve. Mais j’ai toujours eu un autre nid sentimental, la rue des Peseignes où j’allais dans les jupes de ma grand-mère Cécile presque tous les jours, d’autant qu’elle n’était pas loin du tout de L’École Victor Hugo où j’ai été en primaire.

    C’est la poésie et mon prix Louisa Paulin à Réalmont  qui m’ont amené à l’écriture. J’ai d’ailleurs édité à compte d’auteur un recueil alors que je n’avais que 17 ans. Passionné de rugby, j’y ai joué tous les jours dans la cour, sur le pré, dans le quartier, dans le jardin, dans ma chambre (je dormais avec un ballon que je cachais) puis à l’école et à l’armée, je n’ai pourtant jamais été en club car maman ne voulait pas !

    De cette frustration est née ma vocation de journaliste de rugby. J’ai commencé à Tarn Ouest puis très vite à Midi Olympique où j’ai été salarié deux ans. Puis je suis entré à Toulouse Matin. Superbe quotidien qui tentait sa chance . Ce beau journal a été laminé en six mois malgré des ventes prometteuses. Au chômage j’ai alors retrouvé un poste à Var Matin où j’ai  été responsable de la rubrique rugby, puis pour finir à Nice Matin. 27 ans au total, durant lesquels j’ai couvert une vingtaine de Tournoi, quatre Coupe du monde, plus de 600 matches. Mais en 2009, j’ai décidé de quitter ce monde de la presse, du reste j'ai totalement coupé les ponts avec le rugby, sauf avec le Sporting Club Graulhétois, le club de mon cœur à jamais !

    Devenu amoureux de l’Aubrac à l’âge de 10 ans alors que j’étais en classe de neige avec mon instit préféré (Henri Auriol), je voulais ouvrir une maison d’hôtes à Nasbinals. Cela ne pu se faire et c’est finalement à Toulon, dans des conditions bien plus difficiles que j’ai osé ouvrir le restaurant de l’Aubrac avec le soutien de mon épouse Marie. Cinq années de galère, d'aligot et de bonheur. Celui de faire découvrir l’excellence des produits dans une région où ce sont des notions toutes relatives et bien secondaires par rapport au soleil et la mer qui sont les deux seuls vrais centres d’intérêt !. Bref cela a bien fonctionné car nous avions nos inconditionnels. Malheureusement au bout de cinq ans des ennuis de santé m'ont contraint d'arrêter cette activité.

    Voilà comment j’ai enfin réussi à revenir dans mon pays : l’Aubrac donc, où j’habite au milieu de rien d’autres que la simplicité et l'authenticité des rapports humains, mais aussi mon Graulhet que j’aime toujours et où je prends soin autant que je le peux de mes chers et vieux parents.

    Ce livre est surtout l’histoire de trois passions communes, d’une lignée de cuisiniers qui n’ont jamais ouverts un livre  de recettes, mais dont la personnalité, l’instinct, la passion ont conduit à reproduire de belles et bonnes choses.

    Jacques LARRUE au Salon de l'Agriculture le 27 février 2018

     - De Graulhet à Aubrac !

    La vidéo de présentation
    https://youtu.be/hZf5gCCVuiw


    * Le blog support à la vente du livre
    https://leblognotedejaco.blogspot.fr

     -  - De Graulhet à Aubrac !

    * En vente également à la Maison de La Presse Sannou Daniel
    10 Place du Mercadial à Graulhet


    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    2
    Claude PEREZ
    Samedi 9 Février à 01:20

    Bonjour à Jacques qui, à relire son parcours, nous fait bien voir combien de graulhetois sont partis vivre ailleurs ! Eh oui, les souvenirs remontent car j'habitais à cette époque dans la rue des Peseignes. Moi je suis resté à Graulhet,  toute une vie. Mais j'ai aussi connu l'Aubrac, chez Germaine à l'époque et où je me rends le plus souvent possible pour effectivement retrouver  ce calme légendaire offert  naturellement à toute personne de passage.  Les soirées culinaires à Aubrac ou Nasbinals où nous nous rendions en 2 cv....La Rosée du Matin dont certains sortaient très souvent arrosés ..... La course pédestre dans ces magnifiques paysages de Brameloup à St Urcisse, jusquà Nasbinals ! .....La rencontre de football sur ce terrain inoubliable à quelques kilomètres de Nasbinals ou bien sûr on ne loupait pas les soirées chez Bastide !L'accueil est toujours là, et peut-être qu'un jour nous nous croiserons avec Jacques et pourrons refaire le monde autour du fameux aligot !

      • Samedi 9 Février à 20:01

        Merci pour votre commentaire  et pour vos souvenirs ....J'averti Jacques de votre message

         

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :